Il était une fois, l’Équipe de France Overwatch 2019

Parmi elle, un chapeau déglingueur au long canon

Le maître incontesté du double tac’, garniture jambon

C’est Jérémy “Hqrdest” Danton

Photo: Robert Paul for Blizzard Entertainment

Nous sommes le 21 septembre 2018 à l’Espace Grande Arche de La Défense. À 99% de capture pour l’équipe en possession du point de Ilios, un titan énervé du nom de Luddee lança son mur du son de manière à contester dans le plus grand désespoir la capture du point. Les renforts se prirent une graviton sur le museau et c’est aux portes du mur que les titans s’effondrèrent. C’est ainsi que les aigles prirent leur envol, élevés vers les cieux par l’ambiance fracassante de la salle, insufflée par la communauté française vers le titre suprême. Ce jour-là, Eagle Gaming fut sacré champion d’Europe.

Parmi ces aigles, il y avait Hqrdest.

Né le 7 août 1993 à St-Priest-en-Jarez, Hqrdest a grandi avec les jeux vidéo. Dès l’âge de 3 ans, il fut initié à cette pratique par son père, qui le laissait observer ses parties. Un an plus tard, c’était au tour de Jérémy de prendre les commandes. Durant toute son enfance, ce sont les fast-FPS qui attiraient son attention. Nul besoin de les présenter : DOOM, Quake et Unreal Tournament ont bercé le monde du jeu vidéo dans les années 90 et ont révolutionné le genre du fast-FPS.

C’est à l’âge de 13 ans que les choses sérieuses ont commencé. À côté de ces jeux-là, Hqrdest s’intéressa également à Counter-Strike. Si ses prouesses sur 1.6 ne menaient nulle part, c’est lorsqu’il passa à la version Source du mod de Half-Life que la compétition commença pour lui. À 13 ans, il fit ses premiers pas en LAN aux côtés de petites équipes car il était difficile d’être parmi les meilleurs à son âge, pour deux raisons : pas de quoi s’y mettre sérieusement et un jeune âge qui peut être repoussant pour les structures. Durant une Gamers Assembly, il s’était installé sur la même rangée qu’un dénommé Jbzz et ces derniers jouaient même ensemble la nuit… Vous avez bien lu, Hqrdest a connu le jeune Jbzz bien avant son temps chez Solary.

Sa carrière de compétiteur continua avec StarCraft 2. Jouant Zerg, il prit part à quelques compétitions offline de son côté. Il resta peu de temps sur le jeu puisque Counter Strike : Global Offensive sortait en 2012.

Source : pxl

C’est en y jouant qu’il fit la rencontre de GMX, aujourd’hui connu sous le nom de Hayko. Après quelques temps passés ensemble sur le jeu, la sortie d’Overwatch approchait à grands pas et Hayko lui proposa de s’y intéresser. Son argument principal : “il y a un lance-roquettes comme dans Quake, tu devrais aimer”. Hqrdest y prit goût et aux côtés de son coéquipier de toujours, se lança sur Overwatch dans le but de faire de la compétition, en quittant son travail et en se mettant à fond sur le jeu. Main Pharah, il se tourna progressivement vers des picks DPS hitscan tels que McCree, qui devint son pick de prédilection.

Il fit ses débuts sur le jeu avec Redskin, également l’une des premières équipes de SuperPlouk, puis avec melty, une opportunité qui a sauvé sa carrière. Rares étaient les équipes qui proposaient un salaire, nécessaire pour rester dans la compétition. Un début solide sur Overwatch pour Jérémy, période qui dura bien longtemps.

Peu après cette période, il fonda aux côtés de Hayko l’équipe Bonjour alors composée de Baud et PiPou, deux futurs aigles, Chubz, également membre de l’équipe de France cette année et de NiCoGdh, flex DPS chez Paris Eternal et futur aigle également. C’est l’un des plus grands succès de Jejo : l’équipe enchaîna de bonnes performances en France et à l’international avec une troisième place très notable à l’Alienware Monthly Melee, battant des équipes comme mousesports (une des premières équipes de Finnsi, CWoosH et Logix) et FaZe Clan (avec ShadowBurn, FCTFCTN, Rawkus entre autres). Ils créèrent d’ailleurs une composition qui devint leur stratégie fétiche durant cette période et même lors de l’équipe qui suivit : une compo à base de Reinhardt et McCree où le but est de lancer l’Implacable et de speed boost le cowboy pour l’amener au corps à corps du Reinhardt adverse et faire un carnage. Le jeu était relativement nouveau à l’époque et Hqrdest fut l’un des rares à connaître la mécanique de surcharge de l’Implacable : même si le crâne d’une cible est rouge, les dégâts continuent à s’accumuler et en attendant assez longtemps, il est possible de casser les boucliers en un coup. C’était d’ailleurs le but de la stratégie aujourd’hui appelée la “LDLC” en référence à sa future équipe.Le McCree d’Hqrdest était reconnu comme l’un des meilleurs au monde, l’équipe abusant de ce pick et remportant des matchs contre de gros poissons.

Le logo de l’équipe Bonjour (mon logo préféré de tout Overwatch personnellement, NDLR) – Source : Liquipedia

L’équipe toutefois ne dura pas à cause des lois de l’esport : sans structure, certains joueurs étaient contraints d’accepter d’excellentes offres ailleurs. SuperPlouk fut appelé chez Luminosity et NiCoGdh partit faire des prouesses du côté de Rogue. WorSs fut le remplaçant de NiCoGdh, mais l’équipe Bonjour ne dura pas. Elle fut dissoute rapidement et le collectif fut recruté par Team LDLC, rejoignant KabaL, à l’exception de Hayko. C’est ici que son chemin se sépara de celui de Jérémy. La composition avec le McCree perforant le front du Reinhardt adverse avec son ultime continuait alors à perdurer. LDLC fit beaucoup parler d’elle lors de l’arrivée du roster francophone. Début 2017, la scène française fut à son apogée. Une rivalité naquit entre LDLC et GamersOrigin, l’autre équipe dominante 100% française. Elle prit ses racines à la Montpellier Esport Show alors que l’équipe était encore européenne et cette rivalité s’affirma lors d’autres événements : la GamersAssembly et la DreamHack Tours de l’année 2017, même jusqu’en Contenders saison 0. À la GA, LDLC prit le dessus mais la tendance s’inversa à la DreamHack Tours où la finale winners fut remportée par GamersOrigin et la finale losers perdue par LDLC 3 à 0 contre le mix Garbage Boys (avec Flippy, moonL, Kryw, MarineLord, Lilbow, Jio). En Contenders S0, l’équipe n’était pas parvenue à se qualifier pour la saison régulière. Notons qu’à l’époque il fallait se qualifier dans un bracket à élimination directe pour rejoindre la compétition. Finalement la structure LDLC ne garda pas d’équipe Overwatch à son actif par la suite.

Source : Team LDLC

D’une rivalité naquit une fusion : lors de la dissolution de LDLC, Hqrdest fut appelé pour jouer chez GamersOrigin aux côtés de BenBest et HyP (Paris Eternal), Poko (Philadelphia Fusion), Leaf (Gigantti) et Noki (devenu joueur PUBG). Sa première compétition avec eux s’était déroulée en Finlande pour l’Assembly Summer. Une solide seconde place permit à l’équipe de prendre de l’élan pour ensuite entrer dans les Contenders saison 1 2017. PiPou rejoignit l’équipe entre temps pour remplacer Noki, parti sur PUBG. Ainsi les Contenders S1 commençaient et l’équipe GO inaugura une composition bien à elle : un duo Doomfist/McCree avec Hqrdest sur l’homme au chapeau et un Leaf impressionnant sur Doomfist, mais ça, ce sera pour une autre fois.

Durant cette période, son McCree continuait à être reconnu comme l’un des meilleurs et pour l’occasion, Hqrdest a fait appel à ythnk pour créer une fragmovie de ses prouesses sur l’homme au chapeau.

Toutefois, les résultats avec GamersOrigin furent mitigés : l’équipe était sur le point de se qualifier pour les phases finales mais chuta de peu à la cinquième place à la fin de la saison régulière. La structure arrêta ses opérations sur le jeu peu après. Il n’empêche que cette équipe marqua l’histoire de la scène française et européenne de par sa rivalité avec LDLC et ses grosses victoires permettant aux français de suivre non pas une, mais deux équipes françaises de talents (à côté de Rogue donc). 

Source : Assembly

Sur cette période, le but était aussi de se faire repérer pour l’Overwatch League, ce qui a fonctionné pour Poko. Le maître du tacos quant à lui fut l’un des joueurs sélectionnés pour rejoindre la future équipe française à suivre en Contenders : Eagle Gaming.

Une équipe de douze joueurs français qui ont marqué la scène. Deux rosters bien distincts : l’un, qui a joué en Contenders Saison 1, s’est concentré sur des compositions à base de snipers, privilégiant des DPS comme NiCoGdh et Flippy. Hqrdest faisait partie du deuxième roster, qui a décidé de créer son propre style en arrière-ligne : des tanks, des tanks et encore des tanks. Néanmoins lorsque Brigitte est sortie, Leaf, faisant partie de ce second roster (vous le retrouvez aujourd’hui dans le 7 de France), s’était décidé à maîtriser le personnage et avec l’addition de HyP au collectif avec son Zenyatta, le style de jeu de Eagle Gaming s’est conçu, adapté et est devenu iconique. Leur composition ? Reinhardt, Zarya, D.Va, Lucio, Brigitte et Zenyatta. Cela vous parle non ? En effet, Eagle Gaming sont les fondateurs de cette variante de la GOATS qui habituellement se joue avec une Moira à la place du Zenyatta. Les résultats ne se firent pas attendre : champions de l’Overwatch Pit Saison 2 et surtout, grands gagnants des Contenders Saison 2 2018 devant un public magistral. Des chants “Eagle Gaming” retentissants, des frappements de pieds à en provoquer de véritables séismes. Hqrdest vécut l’étape parisienne de la Coupe du Monde avec ses yeux d’aigle et s’installa sur le trône de l’Europe avec toute la joie qui va avec. C’était le pic de la carrière de Jéjo. Ce fut toutefois le dernier résultat marquant de Eagle Gaming qui cessa ses activités peu après. Cela permit à NiCoGdh et HyP de monter en Overwatch League. Le reste du collectif s’était séparé pour jouer les Contenders.

Source : Robert Paul for Blizzard Entertainment

Notre Jejo retrouva Hayko une fois de plus mais pour ce qui sera un des moments les plus sombres de sa carrière : il rejoint Copenhagen Flames aux côtés d’anciens aigles pour jouer… en Contenders Trials. La descente en enfer du toit de l’Europe en Contenders Trials était absolument terrible pour lui. Un sentiment de dégoût s’abattait sur lui et ses coéquipiers, et la période fut notamment difficile car une nouvelle méta arrivait et le collectif devait se reconstruire. L’équipe finit sixième des Trials, insuffisant pour se requalifier en Contenders. Ceci aurait pu marquer la fin d’Overwatch pour Hqrdest, mais il s’avérait que One.PoinT avait besoin d’une front lane et d’un nouveau DPS Hitscan. GetAmazed, SuperPlouk et Hqrdest furent donc appelés pour participer en Contenders Saison 3 2018 et cette dernière fut un succès : un top 4 mérité qui permit aux français de trouver de belles opportunités. C’est à ce moment-là que Hqrdest s’est fait connaître notamment grâce à sa Zarya qu’il maîtrisait comme personne d’autre : ses Gravitons se chargeaient à la vitesse de la lumière et son personnage faisait des dégâts bien supérieurs à la moyenne. Pour revenir aux opportunités, Hqrdest avait l’embarras du choix et s’est finalement tourné vers Samsung Morning Stars pour rejoindre PiPou passé coach, ainsi que dridro et Leaf.

Source : Morning Stars

Sa première expérience avec l’équipe fut à l’Assembly Winter organisée par les mêmes organisateurs que l’Assembly Summer. Coïncidence ? Probablement pas. En tout cas, Samsung finit sa saison de Contenders sur une sixième place, pas ce qui était attendu. Hqrdest quitta l’équipe peu après et tenta de se qualifier en Contenders avec Eternal Academy aux côtés de SuperPlouk et Ascoft. L’équipe académique de Paris Eternal était sur cette saison devenue tristement célèbre pour avoir été la première équipe académique à ne pas réussir à se requalifier en Contenders depuis les Trials. Une troisième place finale qui se joue sur quelques cartes perdues et un nouveau coup dur pour Hqrdest. L’équipe se dissout alors et les joueurs doivent retrouver une maison. Hqrdest tenta sa chance dans différentes régions mais ne trouva pas de place en tant que joueur. CurryShot lui proposa alors de rejoindre l’équipe Revival en Contenders NA en tant qu’assistant coach. Rôle qu’il ne le garda pas longtemps. Lorsque Mangachu fut appelé pour jouer chez Toronto Defiant, le maître du tacos passa joueur. Malheureusement, l’équipe finit dernière de son groupe avec un Hqrdest passé sur le banc entre temps. Aujourd’hui, il cherche à prouver qu’il peut donner du fil à retordre aux meilleurs, malgré des hauts et des bas apparents.

Source : Robert Paul for Blizzard Entertainment

Durant toute sa carrière sur Overwatch, Hqrdest prit le rôle du DPS hitscan. Lors de la méta GOATS, sa Zarya fut reconnue comme l’une des meilleures en Europe, mais bien avant cela, son McCree, comme cité précédemment, était son principal atout. Une maîtrise du personnage inégalée au sein d’une composition “LDLC” inédite et sans contre particulier. Sa capacité d’adaptation aux diverses méta l’a beaucoup aidé durant toute sa carrière, lui permettant de toujours trouver des opportunités à droite et à gauche…

Si Revival n’a pas réussi à apporter à Hqrdest le succès escompté, sa future nouvelle équipe devrait changer la donne. Wrath l’a sélectionné pour jouer DPS pour l’Équipe de France. Mais la question que tout le monde se pose : y a-t-il des tacos à la Blizzcon ?

Ce qui est sûr, c’est que le roi de la déglingue est dans la place, prêt à doser, et si vous avez une dernière volonté, c’est maintenant ou jamais.

Trois tacos dans l’estomac et la déglingue peut commencer.
Son six coups et son canon vont tous les trouer.
La gloire l’attend sur le toit du monde entier.
C’est son histoire.
#avecle6

Suivez Hqrdest sur Twitter et en live sur Twitch

Idée originale & rédaction : HammerKickRelecture : Nanna