Il était une fois, l’Équipe de France Overwatch 2019

Parmi elle, une aura de persévérance, indestructible halo

Un kit mains libres infaillible marteau/taser/sabot

C’est Simon “Chubz” Vullo

 Source : NanaK

Nous sommes le 24 juin 2018 à l’Esport Arena de Webedia. Le score est de 2 à 2 dans la finale du losers bracket opposant Eagle Gaming Red au bon mix. Les aigles prirent un full hold violent sur Volskaya en tentant un assaut surprise pas si surprise que ça et Le bon mix n’avait plus qu’à concrétiser l’upset. La triple tank des aigles finit par fondre lors du premier assaut et Noomii n’avait plus qu’à s’installer sur la hauteur, arracher tête après tête et se frotter les mains rien qu’à l’idée de dépecer sa proie. Si le délice était présent pour la plupart des joueurs composant le mix, pour l’un d’entre eux, c’était surtout une manière de rebondir après une période difficile de sa carrière.

 

Ce joueur, c’était Chubz.

 

Né le 18 juillet 1994 à Abbeville, Chubz commença sa vie tranquillement en étant bercé par les jeux vidéo et notamment les jeux de stratégie. D’abord en regardant son père puis en ayant accès à son propre ordinateur, Simon fomentait sa passion pour le jeu vidéo à une vitesse extravagante. Ses premiers pas dans les jeux vidéo furent sur Age of Empires 2 et Warcraft 3, deux classiques incontournables du genre. Le deuxième a été un des principaux jeux esport des années 2000 (et qui va peut-être le redevenir avec le remaster, qui sait ?). Avec son jeune âge, Chubz n’avait pas pu réellement se faire une place dans la compétition et s’est juste intéressé à contrôler les Morts-vivants dans un environnement plus calme. Chubz resta ensuite dans les contrées d’Azeroth et rejoint la masse de joueurs s’étant lancé sur World of Warcraft, et ce pour une très longue durée. C’est là que Chubz fit ses premiers pas dans la compétition de jeu vidéo, car sur WoW, il a été quelqu’un de particulièrement constant. Son Chasseur Orc s’est classé Gladiateur (top 0,5% des joueurs) sur deux saisons, faisant de lui une force à ne pas sous-estimer. De bons débuts pour Simon Vullo, et cela ne faisait que commencer.

En 2010 sort StarCraft 2, la grosse révolution du jeu de stratégie, celui qui deviendra le plus joué et l’un des maîtres du genre niveau esport aux côtés du premier opus. Avec son expérience acquise en jouant aux jeux de stratégie, Chubz s’y mit immédiatement en tant que Protoss. C’est ici que la carrière esportive de Simon débuta : il avait trouvé un jeu qu’il voulait poncer à fond et a été motivé par tout l’engouement autour de ce dernier : Twitch faisait ses débuts à l’époque également et les compétitions telles que les majors de la MLG avoisinaient déjà les 100 000 spectateurs.

http://old.aaa.eu//photos/news/Q%20U%20A%20K%20E/chubz.pngSource : aAa

Plus le temps passait, plus il grimpait vers le haut du classement, et les bonnes performances commençaient à arriver : sa première LAN se finit sur une seconde place en perdant contre SonG, un gros joueur de l’époque qui le prit sous son aile et le fit rejoindre des petites équipes pour continuer à progresser. Il participa aux Underdogs et continua sa progression en passant par une gaming house chez Alien Invasion où il a failli se qualifier pour les WCS (l’équivalent des Contenders sur StarCraft 2). Durant toute cette période, Chubz fit connaissance avec MarineLord et Lilbow. Les trois compères prirent la décision de changer de jeu et de s’intéresser à un FPS sur le point de sortir : Overwatch.

MarineLord fit sa transition en fin d’année 2016, mais Chubz et Lilbow s’y mirent immédiatement. Chubz commença dans une équipe formée par ses anciens camarades de jeu de World of Warcraft. Dans cette équipe, il n’avait pas eu le choix du rôle : ses coéquipiers avaient besoin d’un main tank, rôle qui finalement convenait bien à Chubz, venant des RTS. Après cette courte expérience, Lilbow retrouva Chubz sur Overwatch et lui proposa de rejoindre Team Vitality. On parle ici de la plus grosse structure française de l’époque s’étant intéressée au jeu à ses débuts. Mais cela ne dura qu’un temps : les performances de l’équipe furent décevantes et le navire coula rapidement. Chubz sera toutefois repêché par une équipe à la recherche d’un nouveau main tank : Bonjour. Il rejoint Hqrdest, autre membre du VI cette année ainsi que le futur assistant coach de l’équipe, PiPou. Une semaine, c’est le temps qu’il a passé dans l’équipe. NiCoGdh partit ensuite chez Rogue avant que l’équipe ne se dissolve. Chubz faisait partie des quatres membres appelés par KabaL et LDLC. Une nouvelle ère commença pour Simon.

C’est chez LDLC que les soucis commencèrent à se présenter pour le joueur français. À l’époque, la meta dive commençait doucement à se populariser et Reinhardt disparut des radars. C’était l’un des picks signature de Chubz et son Winston n’était clairement pas au niveau. Tous les jours, les retours quant à son gameplay furent durs et cela ternit l’ambiance de l’équipe. Les performances furent quand même plus que correctes : vainqueur de la Gamers Assembly 2017 et troisième place à la DreamHack Tours, LDLC fit partie des grands noms de la scène française de par sa rivalité avec GamersOrigin. L’équipe décida de se séparer après une non-qualification en Contenders Saison 0.

Source : NanaK

Après LDLC, rien ne se présenta pour Chubz : il décida alors de se  concentrer sur son propre jeu plutôt que sur le fait de retrouver une équipe. Par le biais de nombreuses parties compétitives et en participant à des petits tournois en mix, Chubz cherchait à améliorer son gameplay sur Winston et à peaufiner son Reinhardt. Ce qu’il fit : il gagna de nombreuses ESL GO4EU et de tournois ZOTAC avec des mix notamment composés de kevster (Angry Titans), Fae (Eminence Esports), dridro (Morning Stars), Funny Astro (two way contract chez Atlanta Reign) et d’autres joueurs de la scène européenne. Il fit donc la rencontre de dridro qui devint son futur coéquipier dans sa future équipe.

Début 2018, la première saison de l’Open Division amenant vers les Contenders débuta. Deux joueurs espagnols, Linepro et PopiFresh créèrent leur équipe et se mirent à tester divers joueurs. Le premier fut Chubz qui fut immédiatement convaincant. Il fut ensuite rejoint ensuite par crems en off tank. Il proposa alors à ses collègues d’ajouter MarineLord au roster en tant que flex support et réussit à convaincre PopiFresh de remplacer Linepro par dridro. Hayko remplaça ensuite Crems quand il fut appelé pour jouer chez Mayhem Academy. Naga compléta alors le roster en DPS flex et Kiyow les aida en tant que manageuse. Le dessert était prêt à sortir du four : Piece of Cake était né. Cette première saison d’Open Division fut un franc succès pour tous puisque Piece of Cake fut la seule équipe à faire une saison régulière d’Open Division parfaite. C’était clairement du gâteau. À l’époque venait d’apparaître le nouveau format des Contenders et il y avait énormément de places à pourvoir depuis l’Open Division. On y retrouva des équipes comme Orgless and Hungry, Angry Titans, Those Guys (devenu British Hurricane, l’équipe académique de London Spitfire) et CIS Hope (devenu Winstrike par la suite) avec des rosters initiaux très puissants. En playoffs, toutes ces équipes se qualifièrent en Contenders Trials pour ensuite passer en Contenders. Entre temps, la structure danoise Copenhagen Flames se servit une bonne part de gâteau puisqu’elle récupéra le roster complet pour les représenter sur cette saison. La structure fit deux saisons de Contenders et une de Trials avant d’arrêter ses opérations sur le jeu. Cette première saison fut un succès pour Chubz et les siens : un top 8 sécurisé et à côté, une troisième place à l’Overwatch Pit en battant notamment Eagle Gaming en playoffs (avec Kolsti en sub… off-tank). Un pic dans la carrière de Simon : tout allait pour le mieux dans une équipe composée de joueurs qu’il appréciait.

Source : Copenhagen Flames

La transition vers la saison 2 fut toutefois périlleuse : le roster complètement reconstruit, dridro fut retiré de l’équipe, suivi de MarineLord et Hayko. Copenhagen Flames s’orienta sur un roster 100% danois. Chubz resta pour jouer le premier match des Contenders Saison 2 et quitta l’équipe peu après, évitant de près un burnout. Le voilà alors dans la même situation qu’après LDLC, sans équipe et frustré des conséquences de cette reconstruction.

Après une courte pause, sa montée en puissance reprit de plus belle. Contrairement à l’époque post-LDLC, Chubz n’était plus qu’un simple bon joueur de Reinhardt : il était devenu très bon sur les différents picks composant son rôle : Winston, Orisa, Bouldozer. À l’image du rongeur (et de Sigma plus récemment), quand un nouveau tank sort, il n’hésite pas à le tester au cas où ça pourrait lui servir.

Une belle expérience l’attendait au tournant : celle de la ESWC Overwatch Trophy de OMEN BY HP. Avec un mix composé de très bons joueurs français, il se qualifia pour les phases finales à l’Esport Arena de Webedia et créa la surprise en battant l’un des deux rosters de Eagle Gaming en finale du losers bracket. Cette victoire était nécessaire pour permettre à Chubz de passer cette étape difficile, et qui allait continuer à l’être encore quelques temps.

Source : ESWC

À la saison d’Open Division suivante, il joua pour Morning Stars, mais l’équipe acheta sa place en Contenders pendant la saison et le roster entier fut délaissé. Derrière, Chubz se trouva une place chez We Have Org, mais sa saison fut plus que catastrophique. Seulement deux cartes remportées sur l’entièreté de celle-ci : un coup dur pour Chubz qui s’en sort avec toutefois la pire saison qu’il n’ait jamais faite sur le dos. Heureusement, tout l’entraînement effectué auparavant lui offrit néanmoins une réputation de main tank flexible et cette fois-ci, Chubz ne sera pas sans équipe pendant une trop longue période.

La première saison de Contenders 2019 approchait à grand pas, et sa première expérience de l’année fut avec HSL Esports en Contenders Trials. L’équipe finit troisième et ne parvint pas à se qualifier en Contenders. Chubz trouva néanmoins sa place en Contenders. Un petit passage chez Cry me a River lui permit de rester au niveau et derrière ça, Kolsti récemment passé coach chez One.PoinT lui proposa de remplacer lateks qui prit sa retraite après le premier match des Contenders S1. Troisième arc : une nouvelle saison pleine d’obstacles en perspective. One.PoinT n’a pas été surnommée One.Poach pour rien. Chaque semaine, le roster changeait un voire deux joueurs car ces derniers trouvaient de meilleures opportunités. Mais malgré cela, One.PoinT continuait à remporter des matchs. Les staffs Kolsti et Kiyow furent appelés chez Uprising Academy et la fin de la saison se fit sans staff. Au final, Chubz joua avec Flippy, Zykk et Tek36 et se classa top 6 des Contenders Europe, un résultat qui semblait pourtant inattendu avec tous les soucis que l’équipe a dû gérer.

Tel un roseau, il plie mais ne rompt pas. Avoir des problèmes sur le dos, c’est la définition même de l’expérience de Chubz dans la plupart de ses équipes. Les performances sont là, mais tout devient de plus en plus compliqué. Chubz fut appelé par coach PiPou chez Morning Stars pour jouer les Contenders S2, mais des éléments extérieurs ont perturbé la saison de l’équipe. Chubz a eu beaucoup à gérer mentalement parlant, mais comme dit précédemment, les performances ont quand même été là : l’équipe se qualifie de peu aux playoffs avec un score de 2-5, une map de plus par rapport à la septième position. Derrière ça, Morning Stars perd son match 1 à 3 contre HSL Esports, les futurs champions d’Europe.

Source : Morning Stars

Si l’on devait résumer la carrière de Chubz, ce sont beaucoup d’obstacles à surmonter mais qui sont franchis à force de passion et de persévérance sans faille. En travaillant sa flexibilité en tant que Main Tank, Chubz s’est fait connaître en Europe et surtout en France, ce qui a plu à Wrath qui l’a donc sélectionné pour représenter son pays. Une nouvelle étape dans sa carrière pour lui mais surtout l’arc de rédemption qui s’apprête à démarrer. Il a aujourd’hui toutes les cartes en main pour retourner le karma en sa faveur.

Son âme de croisé flamboyant vous emplira d’espoir,
Tel un gorille il s’élance vers le plus haut perchoir,
Pour charger droit vers le chemin de la gloire,
C’est son histoire.
#avecle6

Suivez Chubz sur Twitter et en live sur Twitch

Idée originale & rédaction : HammerKickRelecture : Nanna