Il était une fois, l’Équipe de France Overwatch 2019

Parmi elle, une feuille pleine de poison,

Un poing envoyant les mécréants sur la barque de Charon,

C’est Lucas “Leaf” Loison

 

Nous sommes le 2 Février 2019 à Helsinki, Finlande. Morning Stars est sur le point de conclure la finale de l’Assembly Winter face à Team Gigantti. Un Choc Sismique attrape Milkyman et une Orbe à gravitons le reste des membres de la structure finlandaise. Morning Stars remporta ainsi un événement majeur en Europe et se démarqua comme l’un des colosses des Contenders à venir, avec un coach en pleine évolution, une équipe remplie de talents et des français qui, après avoir fait trembler Paris, cherchaient à faire trembler les Contenders.

 

Parmi eux, il y avait Leaf.

 

Né le 26 février 1996 à Haguenau, la jeunesse de Leaf se fit dans des études classiques avec un Bac S mention bien et un DUT Informatique avorté, l’informatique étant un domaine qui ne l’intéressait finalement pas plus que ça. Ce qui l’a intéressé assez tôt, c’est l’esport.

Sa découverte du monde des jeux vidéo commença par le biais de Super Smash Bros Melee, fervent joueur de Fox. Pour ce qui est de l’esport, c’était grâce à Chips et Noi et les commentaires de parties de League of Legends qu’il s’est plongé dans ce monde en pleine croissance. Ces derniers à l’époque firent la promotion d’un nouveau jeu esport : ShootMania. Le FPS de Nadeo fut l’un des grands shooters des années 2010 à 2015 et divers joueurs venant de Quake et Unreal Tournament y mirent les pieds. Leaf n’était pas de cette catégorie-là et est donc parti de zéro. C’est lors d’un deathmatch dominé par Leaf qu’il fit la rencontre de Lanf3ust qui l’aida à trouver une équipe. Il finit donc par jouer avec instaay et zyKK, également sur Overwatch aujourd’hui ayant récemment joué pour One.PoinT en Contenders Europe. En tout, il passa 5 ans sur le jeu, avant que ce dernier ne meure faute de soins de la part de Nadéo.

 Source : Nadeo

Un an plus tard, Overwatch passait en phase de bêta ouverte et c’était l’occasion pour Leaf de se réintéresser à un FPS. La compétition ne l’intéressait pas au début, mais cela changea assez rapidement. À la sortie du jeu, des connaissances jouant chez unKnights lui ont proposé de rejoindre en tant que main support (à l’époque, Lùcio, Lùcio et Lùcio). Cependant, ce n’était pas un rôle qui lui plaisait et la transition en tant que DPS se fit très rapidement. Sans réellement se consacrer au jeu en équipe, il joua beaucoup en partie classée et atteignit notamment rang 80 (le ranking en saison 1 se faisait par rang de 1 à 100), un rang relativement élevé se trouvant dans le top 500. C’est comme cela qu’il fut repéré par sa toute première équipe qui sera sa plus grosse expérience en équipe : Broverwatch, ou plutôt : GamersOrigin. Strenx fut retiré du roster et Leaf ajouté à sa place, aux côtés de AsuraxX, Jenkins, WhiteFire, Silo et Narwak. La première itération de GamersOrigin était née. Après un bootcamp et un top 2 à l’Insomnia (LAN en Angleterre), l’équipe effectue de nombreux changements. AsuraxX et Silo sont remplacés par HyP, autre joueur du VI oeuvrant pour Paris Eternal et Noki, actuellement chez 3DMax sur PUBG. Derrière, Jenkins et WhiteFire quittèrent la composition et furent rejoints par Kolsti qui a récemment coaché Uprising Academy et Poko, joueur du VI et de Philadelphia Fusion. Début 2017, Kolsti fut remplacé par BenBest, main tank de Paris Eternal et derrière ça, la composition de GamersOrigin qui a dominé 2017 était née. Vainqueur du Montpellier Esport Show, top 3 à la Gamers Assembly et vainqueur de la DreamHack, GO était le titan français derrière Rogue. De part sa rivalité avec LDLC, la scène française était à son apogée.

Source : GamersOrigin

Sauf qu’après la DreamHack, un coup de mou s’était présenté chez Leaf. Il s’est posé la grande question existentielle : était-il fait pour être joueur professionnel ? Le rythme d’entraînement et des compétitions était trop compliqué pour lui et de lui-même, il décida de quitter GamersOrigin pour entamer une pause du jeu. Cela dura quelques semaines et son retour se fit en fondant MixyMix, une équipe entièrement francophone composée de joueurs talentueux. Lorsque Leaf quitta l’équipe après plusieurs semaines à jouer des compétitions comme les GO4, MixyMix disparut. Mais pendant ce temps-là, GamersOrigin venait de finir une saison de Contenders décevante. Des changements étaient à nouveau à venir en vue de la saison 1 des Contenders à laquelle GO était invitée, et grâce à HyP, Leaf fut réintégré au roster et impliqué dans la fusion entre GO et LDLC puisque PiPou et Hqrdest furent aussi de la partie pour participer à la compétition.

À cette période, Doomfist venait de sortir. Quand un nouveau personnage est disponible, Leaf s’empresse de le tester. Chez MixyMix, Leaf jouait off-tank. L’équipe prédisait que Doomfist serait présent dans la meta à venir, et Leaf était le seul à vouloir le jouer. Un changement de rôle fut donc opéré. Il se mit donc à travailler le personnage et à le tester. Un jour, il rata un Direct d’enfer et se dirigea vers un rocher. Mais au lieu de toucher le rocher comme prévu, il s’envola. Peu de temps après, Leaf partait en partie personnalisée pour tester la mécanique sur tous les rochers du jeu. Ainsi, il se découvrit une nouvelle passion : jouer Doomfist. Un personnage basé sur les mouvements avec un haut skill cap, c’était tout ce dont Leaf avait besoin pour se remettre dans le bain de la compétition.

Lors de la saison 1 des Contenders 2017, tout le monde jouait dive en triple DPS ou en Tracer/Genji. GamersOrigin n’avait pas forcément les meilleurs joueurs pour jouer cette composition et avaient donc décidé d’imposer leur style : la dive Doomfist était née. GamersOrigin se mit donc à la jouer et à gagner avec en début de saison. En fin de saison par contre, les équipes s’étaient habituées et la magie n’opérait plus. GamersOrigin finit 5e, pas très loin de se qualifier pour les playoffs. Après une Paris Games Week remportée, l’équipe se dissout. Poko prit les horizons de Philadelphia Fusion tandis que Leaf fut intégré dans le roster principal de Eagle Gaming.

Les débuts furent compliqué. Au début, il n’y avait pas d’offtank expérimenté pour compléter le roster. Leaf se proposa donc pour jouer le rôle, ce qui fut la pire décision de sa carrière : au premier officiel à l’Overwatch Pit, Leaf était complètement débordé et au match suivant, il ne trouvait pas rentable de jouer off-tank pour l’équipe et est donc passé sur le banc. L’équipe qui était sur le banc se mit rapidement à s’entraîner aux compositions tank que l’on connaît bien aujourd’hui. Cette expérience fut utile pour jouer la 3/3 qui a dominée les Contenders sur plusieurs saisons, surtout que Leaf, comme son habitude, se mit à découvrir Brigitte et après discussion avec Lilbow, le chef d’orchestre de la 3/3 d’Eagle, le Roadhog de la quad tank a été sorti et remplacé par une Brigitte. Si au départ Leaf n’était pas emballé par l’idée, le fait de jouer le personnage dans des conditions où il ne voulait pas la jouer lui a permis de s’améliorer plus vite et également de l’apprécier à le jouer. Eagle Gaming a théorisé cette composition jusqu’à ses limites et ainsi était devenu l’une des meilleures équipes au monde sur cette composition ce qui lui permit de remporter la finale des Contenders S2 2018 à Paris.

2018-09-21 / Photo: Rob

ert Paul for Blizzard Entertainment

Derrière, Eagle Gaming s’éteignit et Leaf n’attendait plus qu’une chose : des trials dans d’autres équipes.

De l’incompréhension suivit. Leaf n’avait rien reçu et ce, malgré une victoire en finale des Contenders. Le seul auquel il put participer, c’était avec Morning Stars, son équipe pour les Contenders à venir. Peu intéressé au départ, son avis changea finalement en cours de route.

À leur terme, Richard lui dit : “tu as trop de qualités pour ne pas que je te prenne”. Ainsi, la feuille atterrissait en Italie.

La saison qui suivit fut difficile pour Leaf : il s’agissait de sa première expérience dans une équipe européenne. L’ambiance était différente et la dose de travail également. L’équipe fit au mieux dans les conditions imposées et finit top 4 après un match catastrophique contre Angry Titans perdu 3 à 0. Leaf resta une saison de plus pour la première saison de 2019. Hqrdest, futur coéquipier dans le VI de France, rejoint l’équipe et l’anglais ksp jouant également pour le Royaume-Uni )à la Coupe du Monde cette année était enfin intégré au roster. Malheureusement, tout ne fonctionnait pas comme prévu et les solutions pour régler les problèmes de l’équipe n’étaient pas applicables. L’équipe finit top 6 des Contenders S1 2019 malgré un bon début de saison et Leaf quitta l’équipe peu après.

 Source : Morning Stars

À ce moment-là, le joueur français perdit à nouveau de la motivation pour jouer. Il avait de nouveau besoin d’une pause. À sa sortie, son ancien coéquipier Lilbow lui propose de rejoindre la Team Gigantti pour la saison de Contenders à venir, ainsi qu’une citation dont il se souviendra pour longtemps : « Pour avoir une carrière longue le plus important est de trouver un équilibre entre la vie et le travail ».

Car sur toute sa carrière, Leaf a mis le jeu en priorité et sa vie personnelle en a pâti. L’équilibre s’est créé lors de sa période chez Team Gigantti, qui fut à la fois un succès et un échec. La saison régulière se passe sans aucune embûche, mais le passage en 2-2-2 a complètement détruit Gigantti qui n’avait pas réussi à s’adapter. L’équipe finit seconde en perdant 4 à 1 face à HSL Esports en grande finale et rate le coche pour aller au Gauntlet. Mais entre temps, une surprise plus agréable arriva : sa sélection en Equipe de France. En meta GOATS, il s’attendait à y être mais pas en 2-2-2. Il a finalement été sélectionné en tant que flex DPS, et ce sans avoir trop joué Doomfist. Le pick est maintenant omniprésent : la France a donc son Saitama, prêt à casser des bouches à la Blizzcon.

D’un coup de fléau, ses ennemis quittent en sautant leur perchoir,
Tel une feuille il flotte vers une très probable victoire,
Son poing les enverra tous au purgatoire,
C’est son histoire.
#avecle6