Il était une fois, l’Equipe de France Overwatch 2019

Parmi elle, un primate au bâton riche en pouvoir,

La grenouille de vos cauchemars les plus noirs,

C’est Brice “FDGod” Monsçavoir

Source : Julien Goncalves

Nous sommes le 9 décembre 2018 durant un match de Contenders Europe. Orgless and Hungry perdait 2 à 0 face au colosse British Hurricane. Une carte perdue de plus et l’élimination était garantie. Mais l’impossible se produisit : un reverse sweep. Sur le dernier round de Népal, eMIL trouve deux kills avec une Autodestruction bien combinée avec l’Orbe à gravitons de Wayfast. L’avion s’écrase petit à petit sur le point, les renforts étant insuffisants pour retourner un fight gagné d’avance par Orgless and Hungry qui, sur le fil, remonte à la surface et gagne son deuxième match de la saison régulière, se laissant une chance de se qualifier en playoffs. Un reverse sweep sur les British Hurricane, ce n’est pas une ligne qu’on voit dans les CV de tout le monde.

Pourtant, c’est dans celui de FDGod

Né le 27 août 2001 à Nancy, la jeunesse de FDGod se fit dans le monde des jeux vidéo prenant une place importante assez tôt, notamment avec Quake et Unreal Tournament. À côté de ça, il poursuivit une scolarité normale en terminant un Bac S il y a seulement quelques mois, préparant une faculté de lettres pour la rentrée. Derrière, il toucha à tout type de jeux, les classiques en soit : Minecraft, Team Fortress 2, League of Legends, Rocket League… Le tout de manière occasionnelle par passion pour le jeu vidéo.

Un autre jeu s’est ajouté ensuite à cette liste : Overwatch. Dès qu’on lui en a parlé, il le testa pour ensuite se rendre compte qu’il allait devenir son nouveau passe-temps préféré. D’abord un grand fan de Hanzo, il joua beaucoup de Genji dans les premières saisons de compétitif. C’est à partir de la quatrième saison qu’il se prit d’affection avec un héros qui deviendra sa marque de fabrique : Lùcio.

FDGod ne mit pas longtemps à faire connaître ses talents et ce, via des montages.

C’est la raison pour laquelle FDGod est devenu à la fois populaire et terrifiant : son Lùcio, durant l’intégralité des saisons de ranked, a fait des ravages dans les hauts du classement. FDGod terminait toujours dans le top 50, voire top 10 en Europe. Des joueurs très haut classés qui se font repérer par le biais de la ranked, ça existe, et FDGod en fait partie. Ayant peu d’intérêt pour la compétition au départ, il ne participa qu’à des parties classées. C’est en début 2018 qu’il commença à s’y intéresser réellement, d’abord avec un mix franco-suisse avec notamment Helv, main tank de l’équipe Suisse à la Coupe du monde puis avec l’équipe qui lui a permis de grimper en popularité : Primate.

Primate était la première expérience en équipe de FDGod, et il n’était pas le seul dans ce cas. Il s’agissait aussi de la première expérience de Helv qui était à la tête du projet et de Tsuna, DPS Hitscan des British Hurricane et membre du 12 de France. On y retrouva également des joueurs comme Teefus, LeBaronVert et Mini.

Primate est l’exemple parfait de l’underdog : un groupe de 6 joueurs avec peu d’expérience mais beaucoup de talent qui fait des ravages en tournoi. Car si un top 32 en Open Division est honorable, ce qui l’est encore plus, c’est de battre le second roster de Eagle Gaming en finale d’un qualifier à l’ESWC 2018. Une performance inattendue qui emmena les primates à Paris pour disputer les finales, dont ils s’en sortiront avec la quatrième place sans gagner de rencontres. L’équipe se dissout peu après mais aura laissé des traces et propulsa FDGod et Tsuna vers un avenir lumineux.

Source : ESWC

Après quelques mois de grind supplémentaire, FDGod prit part à la nouvelle saison d’Open Division avec YoungStar, une équipe française pleine de talent. Le roster prit part aux playoffs mais sans succès. C’est le déclic pour FDGod : entre les performances à l’ESWC et ce passage en playoffs, il était clairement reconnu comme un talent à ne pas sous-estimer. Pour la troisième saison des Contenders Europe 2018, Orgless and Hungry prit le temps de l’essayer pour ensuite l’adopter. Il joua notamment avec eMIL, aujourd’hui offtank chez Gladiators Legion, l’équipe académique de Los Angeles Gladiators, et Danned, du moins au départ puisqu’il fut ensuite récupéré par British Hurricane pour terminer la saison.

Sa première expérience en Contenders se termina sur un score de 2-3, insuffisant pour se qualifier en playoffs. On notera toutefois un reverse sweep dont il se souviendra toute sa carrière, un match gagné 3 à 2 face à British Hurricane. Pour FDGod, ce temps chez Orgless and Hungry était très important : il s’agissait de sa première équipe européenne et devait s’y retrouver avec une communication en anglais. Chose à laquelle il s’est habitué rapidement et qui lui a permit de rester au niveau sur la scène. Lors de la saison des Contenders Trials qui suit, il fut recruté par Shu’s Money Crew EU, puis récupéré par HSL Esports après avoir eu à faire le choix entre les deux. Chez HSL, il croisa la route de Chubz aujourd’hui dans le 6, de Tek36, de Ascoft champion d’Europe, de Hidan et de zYKK, avec Sardis comme dernier joueur aujourd’hui à la retraite. L’équipe termina 3ème, pas assez pour retourner en Contenders. FDGod fut alors appelé par GetAmazed pour créer une équipe 100% française en Open Division : Cry me a River. L’équipe ira notamment participer à la GamersAssembly sous les couleurs de orKs. Elle ne perdra pas une seule carte de la compétition.

Source : Doezer

Mais l’heure de gloire n’a pas duré car l’Open Division ne s’était pas passée comme prévue. L’équipe chuta en playoffs, mais pas leurs joueurs : GetAmazed passa en coach en Contenders NA, Khegasi partit chez Morning Stars et FDGod eut des propositions en Contenders Trials. Il rejoint Young and Beautiful et cette fois c’est la bonne : YaB termine deuxième des Trials et se qualifie en Contenders. La saison de Contenders qui suivit fut compliquée, dû à des changements de roster et de meta. Malgré un bon départ en battant British Hurricane et Shu’s Money Crew EU, l’équipe rate les playoffs à une map près.

Mais durant cette période, le 6 se formait. FDGod était le seul main support du 12 et, à sa grande surprise, a été sélectionné face à des joueurs bien plus expérimentés. Tout avait commencé en ranked, en prenant un personnage qu’il affectionne : le Lùcio. Déjà joueur support sur d’autres jeux, le style du DJ brésilien lui a convenu notamment grâce à son design et son gameplay. Il a continué à le jouer et est devenu le monstre que l’on connaît aujourd’hui. Derrière, il a été repéré et il a grimpé. C’est ça, le “path to pro”. Il se retrouve aujourd’hui à porter les couleurs du 6, le plus jeune joueur que l’équipe n’ait jamais eu. Ce qui est sûr, c’est que les ennemis auront une grenouille dans leur arrière-ligne.

Prêt à rider sur les ennemis se dressant sur son passage,
Il en a boop trois, allez hop, ça part dans le montage,
Du sang primate et un esprit emplit de courage,
C’est son histoire.
#avecle6