Lire la première partie

Ce cours de philosophie était ma foi bien ennuyeux. Heureusement que Hearthstone était là pour m’occuper… ainsi que la lettre que j’avais reçue ce matin. J’avais espoir d’avoir la suite en rentrant. Il ne fallait toutefois pas que je sois trop en retard à mon scrim de ce soir avec mon équipe. Un entraînement qui allait être important puisqu’on allait travailler à fond la GOATS. Mais en rentrant, stupéfaction : dans la boîte aux lettres, une feuille de papier, le haut déchiré, était présente. C’était la suite de la lettre. Vite ! Je m’installai alors dans mon fauteuil et reprit la lecture…


La France commença en défense à nouveau, et la stratégie employée est très spécifique : une Orisa, une D.Va, une Fatale, un Chacal, une Ana et une Ange étaient sélectionnés. Celle-ci a un but principal : donner les meilleures lignes possibles à la Fatale en utilisant les ressources à dispositions. Si une dive décide d’aller chercher la snipeuse française, le Chacal est là pour faire un maximum de dégâts à courte distance avec son Lance-Grenades. Dans le cas du Temple d’Anubis, SoOn sur la Fatale a la possibilité de s’avancer sur la grande arche principale et de s’y installer, lui donnant une vision sur le point de réapparition attaquant. Il est difficile de mettre de la pression à cause des tanks : BenBest sur sa Orisa fait rebondir sur bouclier sur le mur gauche de façon à ce qu’il couvre la moitié de l’arche, et si les Pays-Bas décident de déloger la Fatale, Poko peut intervenir avec sa D.Va en poussant les adversaires et en utilisant sa Matrice défensive. aKm, uNKOE et BenBest gardent la petite hauteur proche de l’arche tandis que winz alterne entre les deux de façon à assister SoOn et Poko en surélévation. Dans tous les cas, sauf erreur d’exécution, SoOn a la possibilité de revenir vers son équipe en toute sécurité sur une autre hauteur plus reculée. SoOn ne peut donc pas être puni. Les Pays-Bas ont donc deux choix : soit jouer très offensivement et dégager le sniper, soit la jouer défensivement en passant dans sa ligne de vue protégés. Les Pays-Bas ont été forcé sur un troisième choix, et seul le cinquième CD que j’ai inclus avec cette lettre va être nécessaire pour expliquer ce qu’il s’est passé.

Tu as dû le remarquer, mais ce troisième choix était de mourir un par un sans pouvoir réagir. SoOn ne manque que très peu de balles, et le Boost de dégâts de winz va être la cerise sur le gâteau. Adyboo hurla un valeureux “SoOoOoOoOoOn”, qui sera suivi par le public… et moi-même. Les têtes hollandaises s’étaient mises à voler, et on sentait la puissance des balles de Terence depuis notre siège ! D’ailleurs Adyboo, oui, je pense aussi que le mot de la RH n’est pas passé.
Après s’être remis de leurs émotions, les hollandais commencèrent enfin à prendre du terrain, forçant SoOn à reculer pour la première fois et à se percher sur la hauteur plus reculée. Quand les Pays-Bas prennent du terrain, SoOn peut facilement utiliser cette deuxième hauteur pour tirer en toute sécurité et peut également répondre à un assaut hollandais. C’est à ce moment-là également que aKm sur son Chacal va pouvoir s’exprimer puisqu’il devient la source de dégâts principale. Il trouve alors une Sombra sans son Translocateur dans le dos de ses coéquipiers et l’explose avec une grenade puis une mine bien placée. Les Pays-Bas sont forcés à reculer, et le mouvement est suivi par les français : tandis que la défense avec BenBest conserve la hauteur, les deux supports et aKm reste sur sa position, SoOn n’a plus à se soucier d’une agression hollandaise et peut reprendre son arche favorite comme perchoir.
Les Pays-Bas tentèrent une première véritable percée après deux minutes de jeu. On utilisa plusieurs ressources, mais la France était au taquet : uNKOE utilisa la Grenade antibiotique sur le Genji de Vizility, le condamnant à mort sans pouvoir prendre de kills avec sa Lame du Dragon. CrusaDe n’a pas pu apporter plus de soutien avec sa Ange sous Valkyrie. La deuxième force de la composition s’est présentée : le contre engagement est possible grâce à de gros dégâts au corps à corps du Chacal et les soins et effets néfastes posés par uNKOE. Notamment grâce à Poko qui est partout sur la carte, prêt à protéger la bonne personne au bon moment.
Alors que SoOn reprit sa position fétiche, un changement de Jona sur Fatale va le surprendre. La composition française est suffisamment défensive pour le ramener à la vie : Poko utilisa sa Matrice défensive droit vers winz pour le protéger et sécuriser le retour du sniper dans le combat. La vengeance est un plat qui se mange froid : SoOn répondit de son propre kill sur la Fatale et reprit la position de l’arche, tuant les deux supports néerlandais au passage. Un “SoOoOoOoOn” a à nouveau été hurlé par l’audience. Il ne restait plus beaucoup de temps pour les Pays-Bas. Il fallait tout donner avec les ultimes sur la photo n°4.

 

 

Dernière fight donc pour les Pays-Bas ! Avec sa Rage Primordiale, Corn se débarrassa de plusieurs français, supporté par ses DPS. Sab utilisa sa Transcendance pour mettre un maximum de pression : les Pays-Bas avaient enfin trouvé une ouverture ! Mais celle-ci se referma très vite, puisque dans l’assaut, les Pays-Bas perdirent quelques joueurs. La France n’était pas entièrement détruite et a pu contester le point pendant beaucoup trop longtemps. Elle reprit rapidement l’avantage grâce au Pneumastic d’aKm qui trouvera deux victimes Les Pays-Bas ne prendront même pas 33%, forçant une égalité pour cette carte. La France avait déjà gagné le match. Il fallait maintenant aller jusqu’au bout.

Les français étaient très pressés d’ailleurs : c’est une dive qui fut sortie ici. Le but de cette composition est de sauter sur l’ennemi et prendre des picks le plus rapidement possible. À sa base, un Winston et une D.Va. Les DPS et Supports peuvent varier, mais la dive la plus standard se voit dotée d’une Tracer, d’un Genji, d’un Zenyatta et d’un Lucio. On retrouva cette composition avec uNKOE sur sa Ana à la place d’un Zenyatta. J’ai vu aKm sur un Genji, et mes camarades ont commencé à chanter ceci : “aKm, sors ta blade !”. Je suivais la scène compétitive de très près… d’ailleurs je parle de mon aventure comme une bataille mais c’est plus un jeu vidéo qu’autre chose. Enfin bref, on m’a ensuite posé la question de pourquoi on chantait cela dans mon voisinage. Vu que le jeu était en pause, j’ai tapé aKm Blade sur Google, et leur ait appris que Genji n’est pas du tout un de ses picks de confort, au point de devenir un meme. La partie reprit de plus belle, et la France a immédiatement imposé son rythme. Vizility est tombé. Il n’y avait plus qu’à nettoyer le reste des joueurs. Les Pays-Bas répondirent avec quelques éliminations, mais SoOn et aKm restaient en vie. Ces DPS ont fait leur travail. Le point sera contesté longtemps, permettant aux décès français de revenir dans le combat. Mais quelle importance ? Sur un coup de lame d’aKm, la France captura le premier tiers du point et obtint sa troisième victoire. Le score indiquait un 3 à 0, et l’audience était très satisfaite de cela. SoOn a été impérial sur toute cette phase de jeu, et je n’ai pas arrêté d’entendre des “SoOoooon” criés par le public. Mais il n’a pas été seul : les timings des boucliers de BenBest étaient très bons, Poko était toujours là avec sa D.Va pour permettre une retraite en sécurité de la Fatale et winz est resté en sécurité et a permis à SoOn de faire un maximum de dégâts.

Les Pays-Bas avaient encore des ressources à utiliser, et le combat se dirigea vers Rialto.
Puisqu’on adore les tanks, en voici quatre pour vous : la France est partie sur une quad tank avec un Reinhardt, une Zarya, une D.Va et un Chopper. Le point de réapparition attaquant peut être très facilement campé par une équipe très statique du fait de l’espace ouvert se trouvant autour du convoi et cet énorme mur devant la porte d’entrée du spawn qui rend la sortie ardue. À la sortie du point de réapparition, les hollandais doivent être vigilants aux grenades de uNKOE, aux coups de marteau de BenBest et aux traquelards de SoOn. Ce dernier en trouva d’ailleurs un d’entrée de jeu sur CrusaDe qui fit un petit plongeon, tête la première.
L’objectif de la France était de gagner un maximum de temps sur cette toute première partie de la carte. Un teamfight perdu pouvait être rattrapé tellement le convoi n’aurait peu avancé. Mais les fights furent plutôt gagnés pour la plupart : l’assaut hollandais suivant fut repoussé encore une fois par les français, mais on comptait une perte côté tricolore : pour citer Adyboo, Corn emporta BenBest dans la tombe. L’absence du Reinhardt est capitale puisqu’il met plus de trente secondes à revenir. Les Pays-Bas eurent ainsi l’avantage numérique. Ils n’avaient toutefois pas l’avantage d’ultimes. Poko lobba une auto destruction sur le convoi, et pendant ce temps, SoOn détruisit complètement Corn sur son Reinhardt. Sa chute s’est produite quelques millisecondes avant l’explosion de la bombe de Poko, et ces millisecondes furent cruciales : on comptait deux victimes dans l’explosion de Gaël ainsi que de nombreux cris et de chants “Poko Bomb” dans la foule. Reportage sur le CD n°5.

Un échange d’ultimes redonna l’avantage aux Pays-Bas peu après. Le Ralliement de Jona et le Mur du son de CrusaDe furent capitaux pour la survivabilité des hollandais face à l’Orbe à gravitons d’aKm et le Nanoboost d’uNKOE. Le train hollandais pouvait enfin partir, et il ne s’arrêta pas de sitôt : un bon Choc sismique de Corn empêcha la France de reprendre l’avantage, et le fight suivant fut salé d’une auto-destruction de Brussen prenant trois kills dans l’Orbe à gravitons de Vizility. Le premier point était enfin capturé pour les Pays-Bas.
À la suite de cette capture, les néerlandais souhaitèrent pousser sur leur avantage et n’hésitèrent pas à ramener la France à leur nouveau point de réapparition avec l’aide de leur Zarya chargée à bloc. Lorsque la France reprit les positions, un échange d’ultimes s’ensuivit. C’est encore une fois Poko qui retourna la situation : sa bombe, certes, ne prendra qu’un kill, mais l’intelligence de son placement est tout à fait notable. La cinquième photo illustre le tout :

C’était au tour des français d’imposer le rythme, mais les Pays-Bas repoussèrent le tout sans trop de difficultés grâce à la Transcendance de Sab. On força ensuite les deux ultimes supports français, mais ceux-ci ne furent pas suffisants : SoOn se fit écraser contre le mur, et les Pays-Bas écrasèrent la concurrence, suivi d’une capture du second point. Ayant perdu l’avantage, les français n’ont d’autre choix que de contester sans utiliser d’ultimes : on n’utilisa que l’auto destruction de Poko et on laissa du terrain aux Pays-Bas. Cette fight était forcément perdue et les français le savaient : ils pouvaient ainsi revenir au combat avec une belle salve d’ultimes : les deux ultimes supports, le Ralliement et le Choc Sismique. Sur cet assaut final des Pays-Bas, les ultimes supports sont vitaux à la survie de la France. La Transcendance d’uNKOE permit de nullifier l’Orbe à gravitons de Vizility. BenBest était ensuite la cible principale des hollandais, mais il survécut grâce à une Amplification du Son de soin de winz, suivi de son mur du son et bien sûr de l’Orbe d’Harmonie d’uNKOE. Le CD 7 te montre un peu ce qui s’est passé.

Une bonne survivabilité fit ici la différence, il n’y avait plus qu’à nettoyer côté français. Une Transcendance et une Orbe à gravitons auraient pu retourner la situation, mais que nenni ! uNKOE eut le temps de charger une seconde Transcendance qui permit à la France de tenir. Les Pays-Bas ne poussèrent pas le convoi plus loin. uNKOE et winz furent vitaux dans ce fight, et ça je l’écris littéralement. On avait déjà gagné le match, mais la France nous offrait du très beau jeu, et on adorait ça.

La France était maintenant l’attaquant, en composition trois tanks trois supports mais avec en tant que supports une Ana (ici winz) et un Zenyatta (ici uNKOE), et la première fight commença très rapidement : un Boost de vitesse de CrusaDe plus tard, la quad tank des Pays-Bas était sur le point. Sauf que tout ne se passa pas comme prévu, et c’est encore une fois les supports que je veux mettre en valeur ici et plus précisément winz. L’un des plus gros contre à une quad tank, c’est la Grenade anti-biotique : cette composition a besoin de soins pour fonctionner pour permettre aux tanks de survivre. Sans soins possibles, les tanks ne sont simplement que des sacs à points de vie prêts à être vidés. C’est ce qui est arrivé à Corn : il fut affecté, et tué dans la foulée. Sans Reinhardt, la France pouvait librement marcher sur les plate-bandes hollandaises, qui n’avait plus qu’à se laisser mourir dans l’optique d’un futur combat. La fight se fit au niveau de l’arche, là où se trouvait le premier point. Si le Choc sismique de BenBest ne toucha personne, l’auto-destruction de Poko fit mouche. Vizility n’a pas réussi à se cacher derrière le bouclier de sa Brigitte et Corn se fit étourdir par la Charge de bouclier de SoOn : ce sont les deux causes de décès. Poko tua la ligne arrière avec succès, et cela s’est suivit d’une capture éclair pour les français. C’est là d’ailleurs que je me suis rendu compte de la popularité de Poko dans mon pays : à chaque élimination avec sa bombe, le public se levait, criait et parfois chantait “Poko Bomb” avec quelques claps. Serait-ce donc… une habitude ? En tout cas, j’aurai appris beaucoup de choses sur ceux qui se font appeler “le VI de France”.
La poussée du convoi sur la deuxième partie de la carte fut tout d’abord saupoudrée d’une Orbe à gravitons d’aKm dans le dos des néerlandais : un franc succès. Une désynchronisation de CrusaDe donna un avantage supplémentaire à la France. “Désynchroniser”, c’est tuer un ennemi tellement tard dans une fight qu’il ne sera même pas là pour la fight suivante à moins d’attendre plus longtemps que prévu pour repartir dans l’action. On n’avait pas le temps de faire cela et les Pays-Bas tentaient le tout pour le tout, à cinq contre six. C’est un carnage : SoOn trouva encore une fois une Charge de bouclier sur Corn qui fut donc assommé et sans bouclier. L’explosion eut donc raison de lui ainsi que de CruSade qui n’avait aucun échappatoire et qui venait tout juste de revenir. Le second point fut capturé par les français. Les Pays-Bas étaient tout simplement asséchés, aucune ressource à disposition. Une Orbe à Gravitons détruisit complètement leur espoir de revenir, et le mot “Victoire” apparut à nouveau sur l’écran. Le public s’est levé. Je les ai suivi. J’ai ensuite écouté SoOn répondre aux questions d’un homme de grande taille. Il se faisait appeler Malik et avait un accent américain très prononcé. J’ai ensuite quitté la salle alors que Zaroide posait des questions à ses collègues à propos de ce qui venait de se produire. J’étais parti manger et réfléchir à ce que je venais de voir. Je venais de voir des français impériaux sur Rialto : une économie d’ultimes au poil, des auto destructions combinées avec la Charge de bouclier de SoOn très bien exécutées et des Orbes à graviton d’aKm : c’était ça, cette dernière bataille. C’était donc ça, le VI de France. Une force sans limites aux compétences exceptionnelles dont l’énergie venait tout simplement d’un public chaud comme la braise. J’avais hâte de voir plus d’aventures. À l’heure où je t’écris, je n’en ai pas encore vu une autre, mais sait-on jamais ?

En tout cas, si je devais conclure cette expérience, c’était que j’étais désormais avec le 6. J’adore raconter mes aventures, et je n’hésiterai pas à te recontacter si une nouvelle expérience du genre se produisait.

Prends soin de toi,
Un fan inconnu


Je n’avais pas les mots. Cet homme avait mis cette lettre dans ma boîte, sans savoir dans quelles mains elle allait tomber. J’avais une réponse à ma question de ce matin : c’était bien Overwatch. Ce jeu que j’affectionne tout particulièrement, auquel j’ai déjà passé des milliers d’heures. Lire son aventure a été un moment dont je me souviendrai toujours. Cet homme a envoyé cette lettre sans réfléchir à qui allait la lire. Savait-il qui j’étais et quels étaient mes goûts ?
Je rangeai la lettre très précieusement dans une étagère où tous mes secrets y étaient, bien placée à côté de ma peluche Pachimari. Mon scrim était sur le point de commencer. On jouait double sniper sur Junkertown, et en choisissant Fatale, je me suis imaginé dans ma tête la foule criant « SoOoOoOoOon ». Mais il fallait que je me concentre, la game allait commencer.

Que de mystères ! Je ne sais que le fait qu’il est proche de chez moi pour l’instant.
Seul le futur nous dira si j’aurais l’occasion d’à nouveau lire ses péripéties.
Je savais juste qu’il était avecle6.
Et grâce à lui, moi aussi.
#avecle6

À suivre

959d6f8c0197895421964f38b5d36bdcIIIIIIIIIIIIIIIIIII