Nous sommes le 4 novembre. Il y a deux jours, j’ai regardé la BlizzCon. En particulier le match du VI de France. Je ne vous gâcherai pas la surprise du résultat bien évidemment.

Bref, nous sommes deux jours plus tard, et je me demandais si une nouvelle lettre allait arriver. Les lettres précédentes décrivaient une étape de Paris fantastique, pour notre équipe mais aussi pour les autres nations venues sur place. La France avait montré qu’elle avait un public incroyable.

Un coup d’œil dans ma boîte au lettre et j’ai remarqué la présence d’une enveloppe, dont les habituelles couleurs tricolores signifiaient qu’il s’agissait du trésor tant attendu. En quelques secondes chrono en main, je l’avais récupérée et ouverte. La lecture pouvait commencer, et j’allais enfin pouvoir comprendre ce qu’il s’est passé.


 

Mon cher ami,

J’écris ces mots après avoir regardé une nouvelle bataille. Le 2 novembre, la France affrontait le Canada. Le VI devait se battre pour monter au classement.
Tout comme toi j’étais chez moi, au chaud, devant mon écran. Je n’ai donc pas vécu l’événement sur place. J’aurais aimé, mais bon, c’était impossible.
Pour la Coupe du monde, un nouveau dispositif nous a été présenté : le World Cup Viewer. Un excellent outil que j’ai utilisé pour prendre des clichés et regarder le match ! Tu le verras bien assez tôt, entrons donc dans le vif du sujet.

La première partie se fit sur Busan. C’est la première fois que je voyais cette carte en compétition ! La première manche se déroulait au centre-ville. La France jouait une variante de la dive avec Brigitte et McCree face à une dive Pharah/Mercy. Le but était simple : protéger aKm sur son cowboy et lui donner de l’espace pour qu’il puisse faire un maximum de dégâts. Face à cela, Surefour, après avoir pris des informations, changea pour une Fatale. Il fallait donc reculer côté Canada puisque les joueurs étaient en infériorité numérique. L’idée ici était de créer un endroit en sécurité pour poser la Fatale de Surefour, et ce fut un succès : winz fut le premier à tomber. Malgré la capture du point par les français, le Canada reprit la main très rapidement grâce à leur avantage numérique. Puisque le VI n’avait pas le point, BenBest prit son Reinhardt pour accompagner ses coéquipiers. Un véritable pack s’approcha de l’objectif, mais pendant tout ce temps, Mangachu chargeait son Barrage de roquettes et celui-ci explosa uNKOE très rapidement en début de fight. La France devait se laisser mourir.
Dans l’affrontement suivant, le VI utilisa la Transcendance d’uNKOE pour prendre les positions sur le pont. À cet endroit, tu es découvert face à une Fatale, non ? Pas si tu envoies un insecte sur elle ! Regarde le CD n°1.

 

 

La Fatale ne pouvait rien faire, surtout quand c’est uNKOE sortant de sa Transcendance qui la prend dans le dos ! Il ne restait plus qu’à aKm de nettoyer le point avec son revolver et c’était réglé.
Sur la première tentative de reprise du point du Canada, ces derniers se rendirent compte qu’ils étaient en avantage numérique : les supports français n’étaient pas encore revenus et BenBest s’était avancé quand même. Dans Overwatch, l’absence des supports est un avantage très important que le Canada utilisa à bon escient pour reprendre le point et remporter le premier round !

Sur le second round sur le Sanctuaire, rebelote côté français : protéger le McCree était le plan de jeu et la condition de victoire. Face à eux, une dive Sombra/Doomfist. Cette dive ne trouvant pas d’ouvertures, la France captura le point en premier. Puis le Canada s’empala dans la défense française, xQc le premier, anéanti par le McCree et la Brigitte de SoOn. Son absence força les canadiens à reculer, mais cette retraite coûta la mort de deux joueurs supplémentaires. L’agressivité française était en marche : être capable de savoir quand agresser et quand reculer, c’est la clé du style du jeu français. Mais le Canada réagissait bien à leurs agressions : l’Implacable d’aKm n’eut aucun impact lorsqu’il fut utilisé et ce malgré le speed boost de winz, et la France fut forcée à reculer. Mais c’était pour mieux revenir : c’est un jeu d’avancer/reculer finalement qui s’offrait à nous. La bombe de Poko fut capitale ici : Bani et Mangachu n’avaient pas le temps de rejoindre leur équipe pour se cacher de l’explosion et furent forcés sur une position qui n’était pas à leur avantage. Certes, la bombe ne prit aucun kill, mais elle isola deux canadiens qui moururent dans la foulée. Un outil qui ne sert pas qu’à tuer de lui-même, quoi ! La photo n°1 illustre cela.

Le fight suivant fut expéditif : un speed boost de winz pour permettre à BenBest de se positionner, puis un Choc sismique de ce dernier pour remporter la fight instantanément. Avec la position reprise, la France eut l’occasion de retenter leur Implacable speed boosté, et cette fois-ci, le méca de Note tomba. Un pick pas anodin, mais qui n’empêcha pas le Canada d’engager : ils avaient l’avantage d’ultime et le fight fut remporté sans trop de difficultés grâce à une bonne utilisation des ultimes des supports : d’abord la Transcendance PUIS le Mur du son. Une bonne coordination est nécessaire pour ne pas lancer les deux ultimes en même temps, ce qui serait du gâchis. Bref, avec cet afflux de point de vies, les canadiens n’avaient plus qu’à foncer dans le tas. La Coalescence d’uNKOE fut insuffisante, le Canada reprit le contrôle. Sur le fight suivant, celui-ci fut gardé grâce à la Transcendance de Crimzo, impénétrable par le VI.
La France remporta toutefois le round. Le fight suivant fut gagné de justesse, et ce, grâce à un homme : SoOn. Regarde le CD n°2 et observe attentivement les points de vie d’uNKOE pendant l’IEM de Surefour.

 

 

Rappel : l’IEM détruit les boucliers, et cela inclut les points de vie bleus du Zenyatta. uNKOE ici était à 50 points de vie après l’IEM, mais pas pour longtemps puisqu’il était à proximité de SoOn avec son ralliement. Puis, au bord de la mort, comme SoOn n’était pas affecté par l’IEM, il balança un pack d’armure dans sa direction et lui sauva la vie de justesse. Sur la troisième tentative de kill, l’IEM avait expiré et uNKOE utilisa sa Transcendance. Cet ultime donna du temps à aKm pour lancer sa Graviton et conclure le round. C’est ça une Brigitte efficace : dans les moments difficiles, elle reste à vos côtés et vous protège.

Bref, troisième round sur la Base Méca ! Combat de compositions tanks, c’est la France qui prit l’avantage dès le départ en étant la première à agresser : le Canada a juste succombé face à la charge tricolore, et n’a même pas daigné garder leur composition tank : c’est reparti en dive Sombra/Doomfist, et ça a payé instantanément ! Le sacrifice de xQc qui sauta dès le départ ne fut pas en vain : un uppercut dévastateur de Mangachu sortit les deux supports français du ring. Le joueur de XL2 ici a retourné la fight face à des français qui avaient perdu trop de points vie en tuant xQc. Le Choc sismique de BenBest mit Bani à terre, mais Crimzo était à l’affût avec sa Ana et remonta ses points de vies, rendant inutile l’ultime du Reinhardt. Ainsi, les canadiens reprirent le point. Il y avait maintenant une Sombra de chaque côté, et tout allait se jouer sur laquelle aura le plus d’impact. Leur rôle à chaque fois est de prendre des informations, pirater un joueur et essayer de capitaliser sur ce piratage pour prendre l’avantage. Un hack sur xQc et les français étaient partis. Il fallait gérer le Doomfist nanoboosté, et SoOn le fit parfaitement : une première Charge de bouclier força d’abord le Nanoboost pour tenir Mangachu en vie, et la deuxième fut patiemment utilisée à la fin de la Frappe météore. C’est comme ça qu’on gère un Doomfist en 2018. Sauf que la fight n’était pas gagnée pour autant. Surefour avait son EMP et Note sa bombe. Un combo classique, enchaîné parfaitement par le Canada. Un vrai feu d’artifice. Ce combo est d’autant plus puissant sur cette carte grâce à l’architecture de celle-ci : le point est totalement ouvert, il est impossible de se cacher. La photo n°2 te montre en image ce qu’il s’est passé.

C’était au tour des français d’attaquer avec leur IEM, et celui d’aKm permit de descendre Mangachu rapidement. La perte du Doomfist en dive est un véritable coup dans la nuque : c’est lui qui met le rythme. Son absence n’est pas tolérable. La France reprit le point ainsi, grâce à un IEM efficace.
C’était maintenant au tour des canadiens d’attaquer avec leur IEM… Et celui-ci sera encore plus dévastateur. BenBest utilisa son Choc sismique et mit du monde à terre, mais Bani l’avait senti venir. Il s’est bien mis à couvert et ne fut pas touché : son Mur du son sauva ses coéquipiers. De plus, l’IEM de Surefour empêcha winz d’utiliser son propre Mur du son et Poko d’utiliser sa Bombe en combo avec BenBest. L’agression française a été parfaitement contrée grâce à deux ultimes canadiens, qui reprirent le point. Mais le revers de la médaille, c’est que les français avaient encore des ultimes à disposition. Les prolongations furent bien entamées, Poko et winz purent s’exprimer avec leurs capacités. Un IEM d’aKm mit ensuite tout le monde d’accord. Le point fut certes repris, mais l’attaque coûtait cher en ultimes. Poko n’avait pas eu le temps de récupérer son méca et était une cible facile pour les canadiens qui le tuèrent en premier. L’IEM de Surefour mit les français à mal. Ces derniers étaient à cours de ressources à cause de la dernière fight très tendue, et étaient à cours de temps pour recapturer le point. Ouverture du score un à zéro par le Canada.
Pas grand chose de plus à ajouter : l’équipe du Canada était au dessus dans les moments critiques, utilisant les bonnes ressources au bon moment. L’agression française fut efficace, mais insuffisante car bien gérée par les canadiens qui trouvèrent souvent les ouvertures et punissaient diverses erreurs de positionnement. Devant mon écran, je savais que c’était loin d’être fini, quelque soit le côté.

Deuxième carte donc ! Le Canada fit entrer Agilities à la place de Mangachu. La France choisit Eichenwalde et commença en attaque. Le VI partit sur la fameuse composition “Protéger le McCree” sous forme de dive. Face à eux, une Pharah/Mercy et une Sombra. Tout ne se passa pas comme prévu au début pour la France : le premier saut de BenBest fut puni par les canadiens qui se rendirent compte que cette agression fut effectuée en solo. Mais l’échange était en faveur des français : la Ange de Crimzo se fit descendre par le McCree d’aKm. La condition de victoire était de trouver un pick avec le McCree. Ce fut chose faite. La Pharah d’Agilities ne survécut pas longtemps, et les français capturèrent le point rapidement. Le convoi commença sa course et fut arrêté par l’IEM de Surefour, donnant l’avantage aux canadiens malgré un bon contre-engagement français lors du saut de xQc. Face au duo Sombra/Doomfist des canadiens, les français décidèrent de ne pas insister en dive : BenBest sélectionna son Reinhardt et l’assaut se dirigea dans le château. Le seul personnage qui n’était pas entré, c’était la D.Va de Poko. Il souhaitait les rejoindre avec ses Boosters directement sur la hauteur, mais les canadiens l’avaient compris. En un seul homme le Canada lui sauta dessus et il n’atteignit pas le haut du château à temps. Perdre le méca en composition tank est problématique, et les canadiens le savaient : la position des français les forçait soit à engager sur le convoi, soit à sauter dans le vide pour tout recommencer. Ils décidèrent d’engager quand même avec la Transcendance d’uNKOE, mais une autre perte fut à noter : Surefour gagna son duel face à aKm, retirant la Sombra de l’équation. Petit à petit, les canadiens remportaient le fight, et cette fois, la France avait utilisé des ressources. C’est un avantage économique qui commençait à se construire côté Canada. Quoi de mieux qu’un IEM pour le renforcer davantage ? Surefour remporta la fight instantanément, et le Mur du son de winz n’eut aucun impact, étant en partie bloqué par un mur de pierres. Sur le fight suivant, la Frappe météore d’Agilities trouva winz tôt dans la fight, créant une situation de cinq contre six que l’IEM et la Coalescence n’arrivèrent pas à retourner. Ce qui retourna la fight suivante par contre, c’était ce qui s’est passé dans le CD n°3.

 

 

Les Canadiens décidèrent pour la première fois du match de s’avancer vers le point de réapparition français pour prendre des picks supplémentaires. Ce qu’ils avaient oublié, c’était que BenBest avait son Choc sismique. Tout le monde était étourdi, et la France eut, après 2 minutes de galère, une opportunité de faire avancer le convoi. Les positions furent prises instantanément au niveau du château: et un Mur du son de Bani fut nécessaire pour sortir. SoOn se fit récupérer en premier par xQc, mais une bonne contre-dive des français permit de rester dans la course. Jusqu’à l’IEM de Surefour. Je n’ai même pas besoin d’illustrer ça par un CD ou une image, tu sais très bien quelle est la suite des évènements.
Le compteur était sur le point de passer à zéro, et la première fight commença mal pour le VI ! Un CD n°4 très court illustre cela.

 

Il avait son Choc sismique. Ce Poing d’Enfer d’Agilities était très bien placé, et donna un gros avantage à son équipe ! Il fallait donc remonter la pente côté français, et ce kill sera échangé avec celui sur la Ana de Crimzo grâce à une Autodestruction de Poko. Les deux picks étaient importants, mais les français ont décidé d’être plus agressif pendant l’absence de la Ana, et avec la Coalescence d’uNKOE, le VI reprit l’avantage et enfonça la porte du château d’Eichenwalde. Sans utiliser certains ultimes. L’agression française reprit ses droits : IEM + Choc sismique, les canadiens perdirent le premier fight sur cette dernière partie de carte. Le second quant à lui sera remporté par les canadiens, et encore une fois grâce à un IEM lancé par Surefour. Le dernier affrontement approchait donc, et il fut saupoudré d’une charge d’xQc qui isola aKm et BenBest : ce furent les deux premiers à tomber. Le ralliement d’Agilities donna un avantage de points de vie aux canadiens. Fin du round, les Canadiens avaient défendu le dernier point.

Au tour des français de défendre, et ils ne se firent pas attendre avec la Goats! Le VI s’était caché proche du point de réapparition pour surprendre la dive canadienne. Mais que nenni : ces derniers avaient contourné l’obstacle, et les français furent forcés de reculer à cause de l’infiltration de Surefour. Le cours normal de la game revint rapidement avec le Canada qui cherchait une ouverture, et encore une fois c’est l’empalement : xQc sauta sur les français accompagné d’Agilities, mais les dégâts furent insuffisants. Et xQc se retrouva sans Jetpack isolé par un joli mouvement français, voir photo n°2.

 

C’est un “split”, comme on dit dans le jargon. En s’avançant vers les canadiens, xQc se retrouva coincé dans la défense française juste après son engagement. Un kill très facile donc, surtout pour la Goats réputée d’être efficace face à ce genre de positionnements. Un speed boost plus tard, la France avait pris quelques picks supplémentaires, permettant à aKm et uNKOE de charger leurs ultimes. Sauf que celui d’aKm fut utilisé en premier et n’attrapa personne : les canadiens étaient placés tout autour et attendaient son expiration avant de repartir à l’assaut. Mais ce ne fut pas le cas : les français s’avancèrent quand même et trouvèrent les kills. C’était quand même une Graviton en moins, et les canadiens savaient qu’ils pouvaient s’avancer sans crainte de se prendre un méchant combo.
Mais c’était encore une fois la France qui partit à l’agression. Sauf que BenBest était seul avec son Choc sismique : la France n’était pas arrivée à temps pour tuer les cibles touchées par son ultime, et en sachant les français packés essayant d’aider le Reinhardt, Surefour sauta en l’air et lança son IEM. La France a été trop gourmande, et les canadiens en ont profité pour prendre l’avantage. Avec cinq ultimes, le point fut capturé.

L’agression française ne s’arrêta toutefois pas là. Attaquer le convoi alors qu’il vient à peine de quitter son point de départ est une bonne idée car cela permet de gagner beaucoup de temps : même si les français perdent la fight, le temps gagné en contestant PLUS le temps que la porte s’ouvre, ça fait presque une bonne minute, et c’est toujours bon à prendre. Mais est-ce que le prix à payer par les français dans notre cas de figure était intéressant ? La Graviton d’aKm se fit manger par la D.Va de Note et winz fut piraté pendant l’utilisation de son Mur du son. Deux ressources capitales contrées par les canadiens, qui passèrent la porte sans difficulté. D’un seul coup, le Canada avait repris l’avantage d’ultimes, et sur une partie de carte aussi compliquée à attaquer que l’extérieur d’Eichenwalde avec le convoi, cela fit du bien ! Sur la fight suivante, un split fut cette fois effectué par les canadiens qui isolèrent winz à l’intérieur du donjon. Sans le Lucio, la Goats française était vouée à mourir dans la lenteur. Puis le combo IEM + Autodestruction fit son effet : les canadiens avaient déroulé sur le second point.
Trois minutes à tenir si les français souhaitaient gagner Eichenwalde ! La première fight fut une nouvelle démonstration de l’utilisation d’une Autodestruction pour zoner une équipe : Surefour était à l’intérieur du château et pas ses coéquipiers, et la bombe de Poko empêcha le Canada d’aller assister Lane Roberts. La Coalescence termina le travail, et la France prit position. Pas pour longtemps : une bonne gestion des capacités d’Agilities permit de prendre un kill sur winz. Encore une fois : pas de lucio, pas de mobilité pour la Goats. Les français étaient donc une cible facile pour la contre attaque canadienne.
Le choc sismique à disposition, les canadiens se rapprochaient de la marque finale à capturer. Mais cette fight fut très intéressante à regarder des deux côtés, canadien et français. Regarde le CD n°5 !

 

L’idée de base côté Canada, c’était d’envoyer BenBest dans les airs avec l’Uppercut d’Agilities pour ensuite placer le Choc sismique d’xQc par dessous. Sur le papier, ce combo, si bien exécuté, offre un KD gratuit au Reinhardt. C’était le cas ici, et c’était à la France de réagir correctement. Dès qu’Agilities lança ses capacités sur BenBest, SoOn leva son bouclier et aKm se protégea avec un Barrière. Ce combo qui est censé être dévastateur n’a finalement pas eu d’impact, et xQc et Agilities se retrouvèrent complètement hors de position : victoire française sur ce fight, et sans utiliser d’ultimes. Les joueurs pouvaient ainsi reprendre l’avantage économiquement parlant. Une bombe de Poko partit, mais celle-ci fut utilisée très tôt et les canadiens s’étaient bien protégés. Une ressource en moins donc pour la France. La fight reprit dans le château. aKm se fit avaler son Orbe à gravitons, donnant une ouverture aux canadiens avec la leur. uNKOE sauva ici son équipe avec sa Transcendance : au bord de la mort, BenBest fut remonté en points de vie et prit le frag sur Crimzo au passage. Les canadiens furent à nouveau repoussés, et jusqu’à leur point de réapparition : Note et Surefour furent les dernières victimes au niveau du pont. En faisant cela, la France pouvait se repositionner aux portes du château.
Trente secondes restaient au compteur, et les canadiens commençaient à avancer. Un duel de Reinhardt s’engagea alors : le meilleur Choc sismique l’emportait, du moins en théorie. BenBest fut impérial : son Choc sismique toucha trois personnes.
Sauf que le KD de xQc était bien meilleur. La France ne pouvait pas sécuriser le reste des kills puisqu’ils étaient en grande majorité à terre. Agilities était revenu avec un Doomfist, et Note utilisa son Autodestruction pour ensuite récupérer son Méca. Le Canada avait retourné la situation en leur faveur. La Graviton d’aKm lancée sur le convoi fut insuffisante. Les canadiens menaient deux à zéro. Cette carte fut bien plus serrée, et chaque équipe a réussi à contrer l’autre à plusieurs reprises, mais au final le Canada s’en sort avec une meilleure utilisation des ultimes en général et semble, encore une fois, avoir été mieux coordonné et réactif aux assauts français.

L’équipe menait deux à zéro, et la France n’avait plus le droit à l’erreur. Direction le Temple d’Anubis. Changement cette fois-ci pour le VI : NiCO était rentré dans la partie, et son utilité ne se fit pas attendre : c’est une dive très classique qui était sortie côté France, face à la composition Orisa/Fatale/Chacal habituelle sur cette carte. La dive s’élança sur le Chacal d’Agilities, mais sa longue survie dans l’assaut permit au Canada de répondre et de prendre l’avantage niveau kills. Un premier push repoussé par les canadiens donc. Le deuxième le sera également grâce au Pneumastic d’Agilities qui tua les supports français en un claquement de doigts. Le troisième verra un Canada jouer le point et resté packé tandis que la dive française tentait de trouver des picks isolés, provoquant la mort des joueurs un par un et ce malgré un bon positionnement d’uNKOE et winz. Mais malgré ces fights, les ultimes commençaient à arriver à foison pour les français. Un nanoboost sur BenBest força la Transcendance de Crimzo, et à son expiration, NiCO était présent avec sa Lame du Dragon. Le point fut ainsi capturé côté français.
Sur le second point, la France prit d’assaut xQc très rapidement avec leur Goats fraîchement choisie. Le souci, c’est qu’il ne tomba pas, et il y avait un autre problème. Regarde le CD n°6.

 

 

Ce boop remporte la fight à mon avis. Pendant plusieurs secondes, uNKOE ne peut pas soigner ses coéquipiers. Sans soins, le Doomfist et le Bouldozer canadiens peuvent s’exprimer plus violemment. La France tombait un par un à la suite de cette action.
Le Canada s’avança avec son avantage et remporta le fight suivant au niveau du pack de soin intérieur gauche, tu sais pas loin de la hauteur ? Oui, il y a eu un fight là. Remporté par le Canada qui étaient prêt à accueillir les français qui s’y aventuraient.
L’équipe continuait à agresser, mais cette fois la France répondit fermement grâce à ses ultimes : Orbe à Gravitons, Choc sismique, Ralliement… Avec tout ça, le VI survécut à l’engagement de Surefour. Ils mirent les pieds sur le point qui ne fut plus contestable par les canadiens : un fight solide des français avec une bonne utilisation des ressources en réponse à l’engagement canadien à disposition offrit le point à la France, avec deux minutes et neuf secondes de temps restant.

Au tour du Canada d’attaquer avec une dive Sombra/Genji face à la composition Orisa/Fatale/Chacal qu’on ne présente plus. Leur objectif était similaire aux français : passer sur la gauche et attendre une opportunité. Mais le dash d’Agilities ne partit pas à l’endroit souhaité et le spam eut raison de lui. La France en profita alors pour s’interposer dans la prise de position canadienne avant de se reculer. Et la fight suivante fut compliquée pour le Canada pour une raison simple. Regarde la photo n°3.

Dans cette situation, xQc a dû sauter depuis une position similaire à là où se trouve Bani. Sa cible était NiCO, qui a simplement à utiliser sa mine pour battre en retraite. À cet instant, xQc se retrouve sans cible à toucher. La France ici était bien split, mais était-ce suffisant ? Dans ce genre de cas, chaque petit groupe devait survivre par lui-même, et ici, le groupe winz/SoOn n’a pas survécu à deux. Derrière ça, xQc se tourna vers BenBest pour un pick de plus. Certes, les français arrivaient à tuer des joueurs canadiens, mais sur le mode Assaut, l’attaque a l’avantage du point de réapparition, et donc l’avantage numérique. Point capturé par les canadiens.
Le début de la défense du second point se fit avec un échange d’ultimes : le Nanoboost sur BenBest força la Transcendance de Crimzo. Un échange en faveur de la France ici, la Transcendance étant bien plus importante pour engager en attaque. BenBest ne s’en était toutefois pas sorti de lui-même, et une Nanoblade d’Agilities s’apprêtait à découper les français pour sécuriser le point. Avec celle-ci, il trouva… Oh pardon, petit oubli de ma part, et mon effaceur est à sec ! Tant pis. En fait, j’ai un CD qui illustre ce qui se passe, le numéro 7.

 

 

Rien à ajouter sur ce Sleep d’uNKOE, qui annule à lui tout seul deux ultimes. Derrière ça, NiCO en annule un troisième : l’IEM de Surefour. L’explosion du Pneumastic l’a tué pendant sa canalisation. Sur cette fight, deux individualités firent la différence et mit à sec le Canada niveau ultimes, tandis que SoOn se rapprochait d’un IEM. La dive canadienne devait donc se refaire, et la fight suivante commença bien pour eux : un angle de tir de Surefour passé sur un Hanzo surprit NiCO qui, avec son Doomfist fraîchement choisi, mourut en premier. Le Canada s’empressa alors d’engager, et notamment xQc qui, après avoir été malencontreusement réveillé par la France, s’enragea et zona une partie de ses adversaires. Ils revinrent un par un avec notamment l’IEM et la Rage primordiale, mais le Canada restait packé et géra chacune des menaces, notamment grâce à la Brigitte d’Agilities, très efficace face à un Doomfist et un Winston. Quatre minute et vingt-et-une secondes restaient au compteur pour le Canada à la suite de la capture du point.

Deuxième attaque pour la France qui avait moins de temps en réserve que le Canada. Les compositions étaient les mêmes de chaque côté. Sauf que cette fois-ci, la France avait eu un meilleur succès sur leur engagement : Note a décidé de partir au front avec xQc, laissant une ouverture à la dive française pour faire des dégâts alors que la Matrice défensive n’est pas à disposition. Les supports tombèrent rapidement, et le point fut tout aussi rapidement capturé. La France partit en 3/3 avec une Ana à la place de la Moira pour le second point, et la réponse en face fut une composition dive avec un Doomfist et une Mei ! Le Gel de la Mei est assez facile à poser sur une composition peu mobile, et le Mur de glace ne peut être évité, le moindre split conclurait la fight pour son équipe. Les deux tentatives de séparation de Surefour étaient un échec, et la France resta en pack. Une dive ne peut pas s’engager facilement face à une 3/3 bien packée, et xQc le comprit par la manière forte. La France avait joué ensemble sur cette action et ça avait payé : ses adversaires ne trouvèrent pas de frags et malgré leur contestation, le timer n’atteignit pas zéro : ils auraient donc une nouvelle attaque en cas de besoin.

Le Canada à l’attaque ensuite ! Mêmes compositions de chaque côté. SoOn toujours sur l’arche, protégé par BenBest et Poko. Quelques tirs firent mouche lui permettant de bien charger son Infra-vision. Puis la partie reprit son cours normal avec la dive qui attend son occasion en passant par la gauche. Mais SoOn avait reprit sa position fétiche et prit trois frags, repoussant les canadiens instantanément. En réponse à cela, le Canada fit très attention à ne pas perdre la tête en utilisant le Dôme du Winston et la Matrice défensive de la D.Va pour se faufiler sur le côté. Leur dive pouvait ainsi se préparer. Sauf que pendant ce temps… CD n°8.

 

 

La Position d’uNKOE dans cette situation est standard : la dive canadienne ne peut pas l’atteindre sans se mettre à découvert. Seul Surefour peut réellement lui mettre de la pression. La voix de Sombra alerta uNKOE qui réagit à temps avec sa Grenade pour se sauver, et le Sleep pour tuer Surefour. Être capable de se défendre soi-même, c’est l’une des qualités que les joueurs de Ana à ce niveau ont. L’efficacité de cette qualité a encore une fois été prouvée.
Même si le Canada n’engageait pas, il chargeait ses ultimes : la Nanoblade d’Agilities fit très mal à la France dans la fight suivante. Surtout qu’elle trancha le Pneumastic de NiCO qui aurait pu retourner la fight ! Les derniers ultimes français furent utilisés pour contester un peu plus longtemps avant de changer de composition. Le Canada avait capturé le premier point.
Et la capture du second point ne se fit pas attendre. Sur un bon IEM de Surefour, le Canada mit ses bottes sur le point. Agilities avec une nouvelle Lame du dragon stoppa le Winston français nanoboosté, qui était un des derniers espoirs de la France de tenir. Le Canada complétait son attaque avec plus de deux minutes à disposition.

La France repartit alors pour sa troisième attaque. Une seule minute pour aller le plus loin possible. Le spam de Agilities fit suffisamment de dégâts pour empêcher la France de faire une attaque propre : uNKOE succomba à ses blessures et la France était forcée d’engager en cinq contre six. SoOn était en position à l’arrière pour toucher le point et lancer les Prolongations, mais Surefour s’en débarrassa et NiCo n’arriva pas à temps. La France ne pouvait plus remporter cette carte : il fallait jouer l’égalité.

Le Canada partit en dive pour achever son travail et la France prit sa composition habituelle pour défendre. Le pick Fatale de SoOn se fit encore sentir, arrachant la tête du Zenyatta de Bani tôt dans la manche. Un peu de spam plus tard, l’équipe commençait à construire son économie d’ultimes. Le plan était simple : rester groupé, donner de l’espace à SoOn et NiCO et éviter de se faire pick. Et ça, pendant deux minutes.
Le Canada commença à s’avancer par le côté et trouva NiCO sur la hauteur sans réelle protection. Il mourut instantanément. Ce pick était capital, la France n’ayant pas pu protéger le Chacal, la suite fut toute naturelle.
Le VI était éliminé de la Coupe du Monde 2018, trois à zéro par le Canada.

Voilà, c’est tout. Le fait d’avoir regardé en ligne a fait que j’ai moins pu ressentir l’émotion du public, qui était présent pour la France et pour le Canada ! J’ai eu écho de Marseillaises notamment. Bref. C’est la dernière lettre que tu recevras.

Mais alors tu peux te demander… Qui suis-je ?
Je pense que tu ferais mieux de ne pas le savoir.
Tout ce que je peux te dire, c’est que j’aime bien les marteaux.
Peut-être qu’on se rencontrera un jour ? Seul le destin nous le dira.
Ou peut-être pas.

Adieu,
Un fan inconnu


 

Je connaissais le résultat du match, mais la lettre m’a permis d’en savoir un peu plus. Ce fut une longue lecture, mais je suis finalement arrivé au bout !
“J’aime bien les marteaux”. Hm… Aucune idée de ce que ça pouvait dire. La seule référence à laquelle je pense, c’est un rédacteur de ce mouvement. Ce mouvement se faisait appeler “Avecle6”. Rien de plus.

Précieusement, j’ai rangé cette lettre avec les autres. Ce sera mon souvenir de l’évènement.

Peut-être le reverrai-je ? Peut-être relirai-je son écriture à l’avenir ? Comme il le dit si bien :

“Seul le destin nous le dira.”

Fin

15064ebb819fa4bd6383decc615ae3d2FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF