Lire la première partie

La sonnerie retentit. C’était la pause déjeuner. Pressé de lire la suite de la lettre, je courus vers le banc le plus proche et repris ma lecture.

Après la mi-temps, un nouvel homme fit son entrée sur la scène : il se faisait appeler NiCOgdh. Flexible comme le drapeau tricolore comme c’est écrit dans son article sur le site internet avecle6.fr. Hâte de le voir à l’œuvre. Le combat continua sur l’Usine Volskaya. La France commençait en défense avec une dive Sombra/Genji. Son but : pirater une cible puis lui sauter dessus. Une dive similaire était présente côté allemand. uNKOE sur Ana et winz sur Lucio étaient là pour les assister, ainsi que le combo Winston/D.Va habituel d’une dive. L’Allemagne prit d’ailleurs une composition tout à fait similaire.
Sur le premier assaut, ProGi prit la sauce face à ce combo dévastateur. Sur cette phase de dive, la France prit de gros dégâts, chargeant fortement le Nanoboost d’uNKOE : chargé en moins d’une minute, il fut utilisé sur BenBest et c’est le trade : BenBest meurt mais emporte Kodak dans la tombe. Sur les cartes Assaut, ce n’est pas en faveur de la défense ce genre d’attaques : le point de réapparition français est plus loin que celui des allemands. Sur cet avantage numérique, l’Allemagne attaque. Certes, la Lame du Dragon nanoboostée de crnkz ne trouve pas de frags, mais l’Allemagne profite de l’espace créé et du surnombre pour prendre les devants et capturer le premier point.
Spécificité des cartes Assaut, la défense doit être très vigilante face à l’effet boule de neige. Le “snowball”, c’est le fait de dérouler une carte très rapidement en faisant grossir un avantage au fur et à mesure de la partie. Cette boule de neige fut détruite très rapidement, car la France laissa tomber le point sans utiliser d’ultimes : une Lame du Dragon et une Autodestruction de Poko suffirent à repousser les Allemands. Vu qu’il n’était plus possible de snowball, crnkz prit sa Brigitte et Nesh son McCree : deux picks très efficaces face à une dive offensive comme celle de la France. Malgré le swap, l’Allemagne a quand même un avantage en termes d’ultimes, ce qui paye immédiatement avec la mort de SoOn et la chute de winz dans les abysses de Volskaya. Dans ce genre de cas, il faut revenir au compte-gouttes, mais la France a les ressources pour tenir : le retour de winz avec son Mur du son fut salvateur, le tout combiné avec l’IEM de SoOn. Les allemands furent repoussés, mais non pas sans prendre de ticks et non pas sans forcer des ressources françaises.

Les allemands repartirent alors à l’assaut et le nanoboost d’uNKOE utilisé sur BenBest ne trouva aucune plus-value. Les ressources de la France, totalement taries ont permis finalement à l’Allemagne de capturer le point avec trois minutes et quatorze secondes au compteur.

La France eut donc à attaquer ensuite, avec une dive similaire à ce qui a été joué en défense. Même stratégie : trouver un piratage et sauter sur la cible sans défense. L’Allemagne quant à elle prit une dive en double sniper : Hanzo et Fatale sont de sorties, des picks puissants sur un premier point jouissant de hauteurs très agréables pour ces héros.
Sur le premier engagement français, même pas besoin du piratage de Sombra : le saut de BenBest et les dégâts de SoOn furent suffisants à abattre le Hanzo de crnkz. Sauf qu’une variable doit être prise en compte dans cette équation : la Ange d’immortal. Un seul pick n’est jamais suffisant pour une dive face à une Ange puisqu’il sera très souvent annulé par une Résurrection. Tout fut à refaire pour les français. La dive suivante fut bien gérée par les allemands, mais un ultime important était sur le point d’arriver : l’IEM de SoOn. Celui-ci força l’Allemagne à donner du terrain aux français, qui délogèrent les deux snipers allemands des hauteurs : la France n’avait plus qu’à accueillir les défenseurs… quoique même pas ! BenBest avec sa Rage primordiale préféra empêcher les allemands de revenir. Ceux qui voulaient toucher le point furent quant à eux accueillis par une Lame du Dragon nanoboostée de NiCO. La France prit le point là dessus. Petit aperçu sur le CD n°3.

 

C’est dorénavant au tour de la France d’essayer de créer l’effet boule de neige. Pour que celui-ci soit le plus efficace possible, le mieux est de se dépêcher et de mettre les pieds sur le point très rapidement. C’est ce que la France fit mais sans succès : une Autodestruction de Mete mit tout le monde d’accord, et la France fut repoussée.
La fight suivante remit les pendules à l’heure française, grâce aux ravages des Lames du Dragon de NiCO. Il faut une seconde pour sortir une Lame, et il vaut mieux ne pas l’utiliser en face d’une Brigitte. Comment donc être efficace et en sécurité en tant que Genji me demanderas-tu ? Tout simplement en prenant les airs !

 

 

L’angle était parfait : Nesh était focalisé sur le Winston de BenBest et même s’il étourdissait NiCO, ce dernier serait protégé par le Dôme du Winston bleu ainsi que la Matrice défensive de Poko. Le joueur français n’avait plus qu’à trancher et faire parler ses mécaniques sereinement, sans se soucier de mourir puisque ses tanks étaient là. C’est là qu’est toute la différence : une Lame du Dragon accompagnée fera très souvent des ravages. La France mit ainsi les pieds sur le point. Malgré un retour en force allemand avec un Ralliement, l’IEM de SoOn ouvra la voie vers un second engagement. Trois minutes et quarante-trois secondes : c’est le temps affiché au compteur pour la France sur sa première attaque.

Cette dernière ayant plus de temps en banque, c’est l’Allemagne qui prit le rôle des attaquants au départ. Les compositions furent les mêmes, et une phase de poke commença. Celle-ci permit à uNKOE de charger son Nanoboost encore une fois à grande vitesse, mais tout ne se passa pas comme prévu : dans l’engagement de BenBest, NiCO se prit une Grenade Biotique de Kodak et mourut très rapidement. L’une des racines de la Dive disparut, ce qui précipita la France hors du point très rapidement. L’attaque allemande fut très efficace, et le simple frag sur NiCO fut suffisant pour prendre l’avantage : c’est la magie des premiers point des cartes Assaut. Petit changement côté français : on part sur une Moira pour octroyer des soins à courte portée, chose faisable sur le second point de Volskaya.
Le snowball, c’est magique aussi. Mais la France ne laissa pas les allemands entrer sur leur territoire facilement : un IEM de SoOn utilisé très tôt permit à la France de stopper net l’assaut germanique. NiCO se chargea de nettoyer la zone : un quadra kill de sa part fit forte impression à Adyboo et Itaah. Allez, je te laisse savourer ça. C’est sur le CD n°4.

 

 

Une minute restante après un nouvel assaut avorté à la suite de la mort rapide de crnkz, piraté par SoOn. Le suivant commença très bien pour les allemands : Nesh, bien placé, pirata uNKOE pendant sa Coalescence. La Volatilité n’étant pas disponible, il mourut face à l’explosion de Mete. Un soigneur capital était absent, et la contre attaque arriva vite côté allemand : l’IEM de SoOn fut insuffisant à les repousser. La France eut à revenir en tentant des picks pour contester, mais en vain : l’Allemagne compléta la carte.

La France sur leur seconde attaque partit sur la même dive et le premier assaut fut un succès : immortal était sorti de la carte, sans échappatoire, donnant l’avantage aux bleus.
Cet avantage ne fut cependant pas conservé à la suite d’une nouvelle belle bombe de Mete touchant uNKOE. Sur le fight suivant, les français utilisèrent l’IEM et la Nanoblade mais sans succès : sur la durée, l’Allemagne prit l’avantage. L’équipe avait juste à continuer à faire marcher son économie d’ultimes : un IEM de Nesh remporta un fight. Sur le second, les ressources françaises utilisées n’eurent pas d’impact. L’Allemagne tint bon et revint au score 2 à 1.
Sur cette dernière partie de la carte, une meilleure utilisation des ressources était à noter côté allemand. Sur l’ensemble du match, Mete fut capital avec ses auto-destructions. Mais le public français fut fair play : des applaudissements se firent entendre : nous avions un match palpitant devant nos yeux !

Direction Route 66. Goats côté français en défense et même stratégie côté allemand en attaque avec une Ana à la place de la Moira. Pour la première fois du match, on vit Poko sur son pick signature : la Zarya. Le public était ravi.
Sur Route 66, les compositions offensives aiment bien s’avancer très tôt vers le convoi pour gagner un maximum de temps. Ce que la France fit. Pendant trente secondes, les deux équipes étaient en phase de poke, à la recherche d’une opportunité. C’est la France qui partit à l’offensive avec le combo classique Charge de bouclier + Choc Sismique. Trois personnes furent mises à terre, mais sauvées par la Ana de Kodak. La contre attaque allemande n’a pu être gérée par les français à la suite de cet échec, et le convoi commença sa route après un nettoyage sans bavures des allemands.
Et cette fois, on a un véritable début de snowball : les fights longues permettent de charger beaucoup d’ultimes en peu de temps, permettant à l’Allemagne d’exécuter le combo Graviton Autodestruction dévastateur sur les français. Cela ne sécurisa toutefois pas le point directement : la France eut une autre défense et celle-ci eut le succès escompté : on utilisa l’Orbe à Gravitons d’aKm et le Choc Sismique de BenBest pour reprendre le contrôle du terrain. Terrain rapidement contesté puisque Nesh avait une nouvelle Orbe à Gravitons. uNKOE utilisa sa Transcendance pour la contrer, mais connaissez-vous la Grenade Biotique ?

Le + barré au dessus des têtes des joueurs, c’est le débuff “anti-heal”. L’ultime du Zenyatta fut contré, et l’Allemagne captura le premier point.

La défense du second point commença bien pour la France avec une Orbe à Gravitons de Poko qui permit de reprendre le convoi. Les ultimes commençaient à revenir pour les allemands, et l’un d’eux fut salvateur : le Mur du son de immortal permit à son équipe de survivre au Choc Sismique de 45° de BenBest qui semble être une de ses spécialités. Les ultimes étaient revenus pour nos voisins outre-Rhin, et la France, malgré les siens, n’arriva pas à stopper l’assaut allemand. Le deuxième point fut ainsi pris très rapidement. Et ce par une excellente coordination d’utilisation des divers ultimes.

Le scénario se répéta pour les français : c’est cette fois une Autodestruction de NiCO qui permit à la France de reprendre l’avantage. Le convoi était ainsi bien placé pour nos bleus : la simple présence d’une pente leur donnait l’avantage de la hauteur. Mais pas l’avantage d’ultimes. L’Orbe à Gravitons de Poko fut parfaitement contrée par la Transcendance de Kodak, et le combo Charge de bouclier + Choc Sismique des Allemands mit fin aux jours des français, du moins sur cette partie de la carte. Les deux supports furent les derniers à contester. uNKOE d’ailleurs gagnera plusieurs secondes d’une manière très amusante : les allemands ne l’avaient pas remarqué !

Adyboo l’a bien dit, uNKOE était plutôt “Zen” durant cette action. Tu as compris ? Peu importe. Cette confrontation permit aux allemands de commencer la fight des Prolongations d’une bonne manière. Ces derniers furent très solides dès le départ : le très bon Choc Sismique de BenBest fut parfaitement géré par le Lucio d’immortal qui utilisa son Mur du son et dévia la Charge du Reinhardt français avec un Boop bien placé. Ceci donna l’avantage aux allemands. Il a fallu toutefois temporiser le retour de ProGi sur son Reinhardt. Cela étant fait, la fight pouvait reprendre. On utilisa toutes les ressources disponibles de chaque côté, mais on ne trouvait pas les kills importants côté français. Plus l’affrontement durait, plus les allemands remontaient l’écart. En prolongations, ils complétèrent enfin Route 66.

Tout comme les français, les allemands défendirent en composition tank. Ils prirent les devants également, mais pas pour bien longtemps : Poko se chargea au maximum très rapidement et les dégâts furent trop importants côté français. Poko lança son Orbe à Gravitons, tout aussi chargée énergétiquement que le public qui fut tout bonnement abasourdi par la performance du joueur de Philadelphia Fusion. Le second point fut également déroulé par la France, rien de plus à ajouter. Une nouvelle Orbe à Gravitons de Poko octroya le second point aux français. L’enchaînement fut propre même au début du troisième point : BenBest avec son Choc Sismique ouvra à son tour la voie pour ses coéquipiers. Tout est dans le CD n°5.

La France se rapprochait donc de la fin de la carte. Un échange d’Orbes à Gravitons plus tard, ProGi tomba dans l’explosion de la D.Va de NiCO, étourdit par SoOn. L’Allemagne fit de même avec Mete et crnkz, sauf que ce sont deux picks qui sont pris, redonnant l’avantage aux allemands. Avantage maintenu au fight suivant après un nouvel échange d’orbes grâce au Mur du son d’immortal. Un choc sismique de ProGi mit SoOn à terre, et d’un seul coup, la France avait déjà utilisée trois minutes ! Il fallait donc passer en force, et la dernière fight dura très, très longtemps. Le scénario est le même que tout à l’heure : la France revient au compte-gouttes et les allemands n’arrivent pas à prendre de kills. C’est la folie dans le public, la France était enfin passée !

Contre attaque de l’Allemagne : Kodak ne fit qu’une bouchée de la défense rapprochée des français. Une volée de boules tua uNKOE très rapidement, et l’omnic apparut dans le kill feed à plusieurs reprises, faisant des dégâts monstrueux pour son équipe.
Les prolongations ont ensuite commencées, la France devait rester en vie. Mais quelle importance : le Choc Sismique de BenBest mit un joueur à terre, qui fut protégé par crnkz et Kodak : le premier point fut donc capturé par les allemands. Le snowball était en place : un Choc Sismique plus tard, l’Allemagne avait déjà parcouru la moitié de la carte ! Stupéfaction dans le public : les français allaient-ils revenir ? Pas sur le second point en tout cas : la Transcendance de Kodak tint en vie ses coéquipiers, et les ressources lancées côté français furent donc insuffisantes. Le teamplay allemand était parfait : on n’utilisait jamais trop de ressources dans les fights, et la France ne trouvait pas de solutions à cause de cela. Un combo Orbe/Autodestruction prit deux kills.
Tout ce qu’il manquait, c’était un play individuel pour reprendre l’avantage. Et il est arrivé. ILS SONT TOUS KDDDDDDDDDDDDD. Voir le CD n°6.

 

Sur la seconde attaque française, l’Allemagne opta pour la même stratégie, mais avec une différence : après avoir gratté une vingtaine de secondes, l’équipe recula vers la station d’essence, sans perdre de joueurs. Un mouvement intelligent : on ne prend pas le risque de perdre des joueurs trop tôt et de charger des ultimes adverses. C’est comme s’il ne s’était rien passé. Néanmoins la France profita de cette retraite un peu trop prématurée pour prendre de meilleures positions et acquérir l’avantage dans la bataille de spam. La Transcendance de Kodak ne sauva pas ProGi et le reste de ses coéquipiers. Le premier point fut pris. Le convoi continua sa route après une bonne Orbe à Gravitons de Poko. Mais Kodak ne l’entendit pas de cette oreille : un snipe sur uNKOE donna l’avantage à son équipe, et le Ralliement de SoOn ainsi que le Mur du son de winz furent insuffisants. Une cinquième carte sera nécessaire pour départager les deux équipes. La tension était à son comble.

Le public continuait à faire du bruit pour le spectacle, mais les fans français avaient peur : allait-on perdre ce match ?

Direction le Tibet pour la dernière carte, plus précisément Népal pour l’affrontement final. La France jouait Goats et sur le Village, elle prit le contrôle du point dès le début. L’Allemagne tenta de contester, mais sans succès : la France était scotchée sur le point et les allemands ne trouvèrent pas l’opportunité de les déloger. Le point fut finalement sous contrôle français et la Coalescence d’uNKOE lui permit d’éliminer l’équipe d’Allemagne. L’intelligence de Poko fut démontrée au fight suivant.

Ce dernier avait l’information que l’Allemagne arrivait sur le point. Sa réaction ne se fit pas attendre, son Orbe à Gravitons déjà dégainée et immobilisant l’équipe adverse de l’autre côté du mur. Les pourcentages commençaient à grimper. Sur le fight suivant, la France était en prolongation et l’Allemagne utilisa toutes les ressources à sa disposition pour reprendre le contrôle. Cela ne dura pas longtemps : un Choc Sismique de BenBest mit tout le monde d’accord. Un à zéro sur Népal. La tension monta d’un cran dans la salle !

Sur l’Autel, c’est un duel de Goats qui débuta. Encore une fois, la France était la première sur le point, et c’est là toute la différence : l’équipe était bien mieux positionnée que ses adversaires outre-Rhin, et avait bien plus d’opportunités. L’une d’entre elles sera profitable à Poko qui a chargé son Orbe à Gravitons à une vitesse folle. Les ultimes sont gardés intelligemment. C’est enfin un festival pour la France qui utilisa absolument TOUT. L’Allemagne n’avait aucune chance face à ce déluge d’ultimes. Victoire de la France trois à deux.
La clameur dans le public fut assourdissante. La France avait eu chaud. Vont-ils continuer à dominer malgré cette frayeur ? Je compte t’envoyer une autre lettre après celle-ci, je ne vais donc pas te gâcher la surprise !

À bientôt.

Un fan inconnu

Quelle expérience encore une fois ! En lisant cette lettre, j’ai ressenti toute l’énergie que le public dégageait : j’étais abasourdi. Sur toute la journée de cours qui restait, j’avais encore cette adrénaline dans le sang. Et un fort besoin de lire la suite.

Une troisième lettre m’attendra-elle à mon retour ? Seul le destin nous le dira.

À suivre…

Idée originale et rédaction par @HammerKick_OW
Assisté et relu par @Nanna_OW et @Chaba_Loutre
Dessin de couverture par @ToMaBYou

Source des illustrations en jeu et des clips vidéos : OverwatchFR

89948b8bfe16dd77358bdfc13b24adc8|||||||||||||||||||||||||